Meurtres à Pau : les autopsies des cinq corps débuteront jeudi

Meurtres à Pau : les autopsies des cinq corps débuteront jeudi
Un policier se tient devant un immeuble où cinq personnes dont un enfant sont morts dans un incendie à Pau le 10 juillet 2018

AFP, publié le mercredi 11 juillet 2018 à 17h51

Les autopsies des corps des cinq personnes, quatre adultes et un enfant de deux ans, découverts morts dans un appartement de Pau vraisemblablement à la suite d'un différend familial, auront lieu à partir de jeudi, a-t-on appris mercredi de source proche de l'enquête. 

"Les autopsies des cinq corps vont débuter demain (jeudi)" à l'Institut médico légal de Toulouse, a indiqué à l'AFP une source proche de l'enquête. 

Les corps de quatre adultes et un enfant, membres de la même famille, ont été trouvés mardi matin par les pompiers intervenant pour un feu dans un appartement à Pau. Selon les premiers éléments de l'enquête, il s'agirait d'un "drame familial, une dispute semblant être survenue un peu plus tôt, en fin de nuit" mardi, selon la procureure de la République de Pau, Cécile Gensac.

Ce sont les pompiers, appelés vers 06H40 pour des fumées qui se dégageaient d'un appartement situé au premier étage d'une résidence de quatre étages dans le centre-ville de Pau, qui ont fait la macabre découverte. 

Lorsqu'ils ont pénétré dans l'appartement, un canapé se consumait. Ils ont découvert les corps sans vie de la famille : une mère de 36 ans, son père et sa compagne, tous trois de nationalité espagnole, le compagnon, un Marocain âgé de 32 ans, et le fils du jeune couple, âgé de deux ans et qui, lui, ne portait pas de traces de violences mais aurait été intoxiqué par les fumées.

La jeune femme a été retrouvée ligotée et bâillonnée avec de l'adhésif autour du cou dans la baignoire. Son père et sa compagne, venus de Saragosse (nord-est de l'Espagne) pour lui rendre visite, ont été découverts avec des blessures au crâne. 

Selon les premières hypothèses des enquêteurs, l'homme se serait suicidé après avoir commis ces meurtres.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU