Meurtre de Tom : «Si c'est lui, ça ne peut être qu'un coup de folie», témoigne la mère du suspect

Meurtre de Tom : «Si c'est lui, ça ne peut être qu'un coup de folie», témoigne la mère du suspect
La Hérie-la-Vi?ville (Aisne), mercredi 30 mai 2018.C'est dans le jardin de cette maison abandonnée que le corps de Tom, 9 ans a été retrouvé

leparisien.fr, publié le mercredi 30 mai 2018 à 15h52

La mère du jeune homme de 27 ans placé en garde à vue après la découverte du corps de Tom 9 ans, violé et tué, exprime son désarroi.

C'est une femme en détresse. Marie-Noëlle est la maman de Jonathan M., le jeune homme de 27 ans placé en garde à vue mardi matin dans le cadre de l'enquête sur le meurtre du petit Tom, 9 ans, retrouvé mort la veille au soir dans le jardin d'une maison abandonnée du village. Les soupçons qui pèsent sur son fils la bouleversent autant qu'ils la surprennent. « Je ne peux pas vous dire s'il l'a fait ou non, mais tout ce que je peux dire, c'est que, pour moi, ça ne peut pas être lui. Jonathan a horreur de la violence, il n'en serait pas capable, confie cette femme très récemment sortie de l'hôpital. Mon fils n'a jamais eu de problème avec la justice, il n'aime pas se bagarrer. Et puis quand je lis les détails du crime, là encore je ne vois pas comment il aurait pu faire des choses pareilles. » Une prudence que semblent également partager les enquêteurs à ce stade des investigations.

Des problèmes psychiatriques

Mais malgré ses certitudes de mère, Marie-Noëlle ne s'empêche pas d'envisager le pire. « J'attends que la justice soit rendue. C'est très important, et notamment pour les parents du petit garçon, souligne cette femme. Si jamais Jonathan était concerné, ça ne pourrait être qu'un coup de folie. Il est malade. Il ne faudrait pas le mettre en prison car ça ne servirait à rien mais le soigner. »

Selon sa mère, le jeune homme souffrirait en effet de problèmes psychiatriques -elle évoque sans certitude la schizophrénie- qui lui ont valu de faire un séjour dans un établissement spécialisé. « Peut-être qu'il a eu une crise et qu'il ne s'est pas rendu compte ?, s'interroge Marie-Noëlle. Comment savoir ? Je ne suis pas dans sa tête. » Et de poursuivre : « Jonathan est gentil mais il ne faut pas l'embêter sinon il peut se mettre en colère. Mais il ne frappe pas. »

Toujours est-il que Marie-Noëlle n'avait pas remarqué d'évolutions récentes dans le comportement de son fils. « Ces derniers jours il était bien, comme d'habitude », assure-t-elle tandis que sa voix est régulièrement recouverte par les caquètements des poules et des canards qui peuplent la cour de la maison familiale. L'une de ses soeurs nous confiait également mardi soir avoir rencontré Jonathan le week-end dernier et ne pas avoir constaté de soucis particuliers.

Meurtre de Tom : la mère du suspect témoigne

« Je l'aiderai jusqu'au bout »

Tolérante, Marie-Noëlle avait accepté le look excentrique de son fils ainsi que son homosexualité. « C'est sa vie et il fait comme il veut, insiste-t-elle. Je sais que certains critiquent son aspect extérieur mais on est comme on est. On a le droit de s'habiller et de se coiffer comme on le souhaite. Le plus important, c'est qu'il soit agréable et qu'il rende service. » De fait, dans le village, les commentaires sont très positifs à l'égard de Jonathan qui avait d'ailleurs recueilli plusieurs voix lorsqu'il s'était présenté aux élections municipales. « Si j'avais besoin de quelque chose, je suis sûre qu'il m'aiderait, assure Jeanine, la personne âgée qui vit dans la maison en face de la sienne. Je serais surprise s'il était impliqué dans cette histoire. »

Dans l'attente de l'issue de la garde à vue, Marie-Noëlle se ronge les sangs. « Quoi qu'il arrive, prévient-elle, je l'aiderai jusqu'au bout. »

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.