Meurtre d'Angélique : le suspect mis en examen pour "séquestration, viol et meurtre"

Meurtre d'Angélique : le suspect mis en examen pour "séquestration, viol et meurtre"
Des passants déposent des gerbes de fleur en hommage à Angélique, à Wambrechies, le 29 avril 2018.

Orange avec AFP, publié le mardi 01 mai 2018 à 09h13

Son avocat et le parquet évoquent un "risque majeur de suicide", requérant son incarcération à la maison d'arrêt de Sequedin.

Le suspect du meurtre d'Angélique, à Wambrechies dans le Nord, a été mis en examen lundi soir pour séquestration, viol et meurtre", dont une partie en récidive, selon son avocat, a rapporté franceinfo mardi 1er mai. Il a été placé en détention provisoire à la maison d'arrêt de Sequedin "pour des raisons de sécurité".

"J'ai pu constater de visu qu'il y avait un risque majeur de suicide, j'ai signalé ce fait, qui, d'ailleurs, avait déjà été pris en compte par le parquet", a déclaré à franceinfo l'avocat Éric Demey.

"Comme il était particulièrement épuisé, je lui ai conseillé de choisir l'option de se taire. (...) Il sera entendu a priori, selon ce qui a été convenu avec les juges d'instruction, au moins de juin", a-t-il précisé.


Condamné en 1996 pour "viol avec arme", "attentats à la pudeur aggravés" et "vol avec violence", l'homme en garde à vue depuis samedi soir était inscrit au fichier judiciaire national automatisé des auteurs d'infractions sexuelles (FIJAIS). Il n'était pas soumis à une obligation de soins, a précisé le magistrat. Depuis, le suspect "respecte globalement les obligations que cette inscription (au FIJAIS, ndlr) entraîne, c'est-à-dire une présentation tous les ans aux services de police et le signalement de ses changements d'adresse", a ajouté M. Pocquet du Haut-Jussé.

Le décès d'Angélique, 13 ans, disparue mercredi et retrouvée morte dimanche à Quesnoy-sur-Deûle (Nord), à quelques kilomètres au nord de Lille, est lié à une "asphyxie traumatique", a expliqué le procureur. Lors de la découverte du corps vers 01H45, a-t-il relaté, "le corps de la jeune fille est entièrement dévêtu, le médecin légiste constate un coup sur la tête et des traces de sang (...). L'autopsie qui vient d'être achevée a confirmé des traces compatibles avec les abus sexuels reconnus (par le suspect, ndlr) et le décès lié à une asphyxie traumatique".

Interpellé samedi soir, le suspect avait très rapidement avoué les faits et emmené les enquêteurs à l'endroit où il avait "abandonné le corps de la jeune fille". Un chemin forestier de Quesnoy-sur-Deûle, une ville voisine de Wambrechies.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.