Meurtre d'Angélique : le suspect a écrit une lettre d'explication

Meurtre d'Angélique : le suspect a écrit une lettre d'explication
La marche blanche en mémoire d'Angélique, à Wambrechies, le 1er mai 2018.

Orange avec AFP, publié le dimanche 27 mai 2018 à 13h50

Ce père de deux enfants, chauffeur de bus, a avoué avoir violée puis étranglée la jeune fille.

Il est soupçonné d'avoir violé et tué la petite Angélique, le 25 avril dernier, à Wambrechies, près de Lille. David Ramault, en détention provisoire, a écrit un long courrier à son avocat, dans lequel il explique et contextualise son geste, rapporte Le Journal du Dimanche (JDD), dimanche 27 mai.


Le moment où il a décidé de tué Angélique ? C'est quand elle criait et se débattait et qu'il s'est dit : "Je ne peux plus cacher ça".

Il a beau se trouver "dégueulasse" et regretter, "il déploie une énergie folle pour se sauver, tout en sachant que c'est peine perdue", résume son avocat pour le JDD. Puis, il raconte qu'il sort de chez lui, croise un voisin alors qu'il a du sang sur le visage. Il réfléchit à la meilleure manière de faire disparaître le corps - l'eau ou le feu-, mais ces réflexions le révulsent. Il explique encore qu'il déplace sa victime "délicatement", "comme si je pouvais encore lui faire du mal", qu'il n'achète "pas la bonne pelle", le sol étant trop dur.


Dans sa lettre, David Ramault indique aussi qu'il voulait tout raconter à sa femme, dès son retour le lendemain, mais qu'il renonce en voyant ses fils à l'arrière de la voiture. "C'est l'enfer des mensonges qui commence", écrit-il.

Depuis son crime, son épouse a annoncé son intention de se porter partie civile et d'engager une procédure de divorce. Mais il s'y attendait, écrit-il, précisant qu'il s'en voulait de lui cacher une partie de sa vie. "Je ne vais quand même pas lui dire que j'aime boire, me droguer, me branler sur des sites de cul", écrit David Ramault, dans un langage fleuri. Enfin, il nie tout intérêt pour les sites pédopornographiques et s'être exhibé dans un bus.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU