Meurtre d'Angélique : l'épouse de David Ramault pas reconnue comme victime

Meurtre d'Angélique : l'épouse de David Ramault pas reconnue comme victime
David Ramault est accusé du viol et du meurtre de la petite Angélique, le 25 avril à Wambrechies (Nord).
A lire aussi

leparisien.fr, publié le vendredi 22 juin 2018 à 20h57

La constitution de partie civile de Laetitia Ramault, femme du violeur et meurtrier présumé de la jeune fille de 13 ans, a été déclarée irrecevable. Son avocat a fait appel lundi.

L'épouse de David Ramault ne peut pas être considérée comme une victime collatérale des actes de son mari. Ses deux fils non plus. Tel est le sens de l'ordonnance, notifiée le 11 juin, des deux juges d'instruction de Lille (Nord) en charge du dossier de David Ramault, cet homme de 45 ans qui a reconnu avoir violé et étranglé Angélique, 13 ans, le 25 avril à Wambrechies (Nord).

Les magistrates ont, en effet, déclaré « irrecevable » la constitution de partie civile de Laetitia Ramault, déposée en son nom et en sa qualité de représentant légal de ses deux enfants mineurs, le 11 mai par Me Hervé Corbanési. « Cette décision des juges est inique », estime le pénaliste lillois qui a fait appel lundi 18 juin.

La démarche de Laetitia Ramault était plutôt inédite. Comme le rappellent les deux magistrates dans leur ordonnance, le Code de procédure pénale prévoit que peuvent se constituer partie civile dans le cadre d'une information judiciaire, les personnes susceptibles de souffrir personnellement et directement de la commission d'une infraction. « Dans cette terrible affaire, les parents de la petite Angélique et ses proches sont évidemment victimes, insiste Me Corbanési. Mais l'épouse et les fils de David Ramault le sont aussi. »

« Elle est toujours en arrêt maladie, ses fils ont été déscolarisés »

À l'appui de sa constitution de partie civile, l'avocat avait souligné que Laetitia Ramault et ses enfants connaissaient la jeune Angélique (NDLR : les deux familles ont été voisines), qu'ils ont été très atteints par les aveux de David Ramault et que l'épouse de ce dernier a tout perdu depuis, cible notamment de la vindicte populaire. « Elle et ses enfants ont dû quitter Wambrechies, où leur maison a été placée sous scellés, pour vivre quasi clandestinement. La mère a dû suspendre son travail d'infirmière et est toujours en arrêt maladie, ses fils ont été déscolarisés », égrène Hervé Corbanési.

Malgré ces conséquences morales et matérielles, non contestées par les juges, ces dernières estiment que les « motifs invoqués ne permettent pas de considérer qu'il existe un lien suffisamment direct entre les dommages allégués et les faits [...] qui auraient été commis sur Angélique ». « Les préjudices de ma cliente ne sont pas écartés. Cette déclaration d'irrecevabilité est d'autant plus injuste », commente encore Me Corbanési.

Depuis le début de cette dramatique affaire, Laetitia Ramault, qui n'ignorait pas le passé de délinquant sexuel de son mari, a fait part de sa plus grande compassion envers les parents d'Angélique et a condamné sans appel les actes de son mari. Un mari dont elle entend divorcer au plus vite.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU