Mélina Bougedir, djihadiste française, va être rejugée en Irak

Mélina Bougedir, djihadiste française, va être rejugée en Irak

Bagdad (Irak), lundi 19 février. Mélina Bougedir avait comparu avec l'un de ses enfants dans les bras. Les trois autres ont été rapatriés en France depuis leur arrestation à Mossoul en juillet 2017.

leparisien.fr, publié le mercredi 04 avril 2018 à 14h12

Elle devait revenir en France après un premier procès en Irak la libérant. Cette Française de 27 ans va finalement encore rester à Bagdad.

Mélina Bougedir, djihadiste française, devait bientôt être expulsée d'Irak. Elle y sera finalement rejugée, selon RMC ce mercredi.

Lors d'un premier procès, la Cour pénale centrale de Bagdad l'avait condamnée à sept mois de prison « pour entrée illégale en Irak ». Sa détention préventive couvrant la peine, elle allait être libérée. Mais selon les informations de RMC, la justice irakienne a fait appel de ce premier jugement et la jeune femme devrait cette fois être également jugée pour « appartenance à une organisation terroriste ». Elle risque la peine de mort.

LIRE AUSSI >Djihadistes français condamnés à mort : comment la France peut intervenir

Originaire de Seine-et-Marne, Mélina Bougedir et son mari Maximilien, originaire des Yvelines, avaient quitté leur domicile de Nanterre en 2015 pour se joindre à la cause de l'organisation djihadiste, en Syrie d'abord, puis en Irak. Son mari aurait été tué.

Trois de ses enfants sont rentrés en FranceLa jeune femme a été arrêtée dans les ruines de Mossoul par les forces irakiennes en juillet 2017. Elle était avec ses quatre enfants, deux garçons et deux filles alors âgés de 5 mois à 6 ans. Trois ont pu rentrer en France. Son dernier fils est resté avec elle.

Selon des sources irakiennes, Mélina était membre des brigades féminines de la police morale de Daech, Diwan al-Hisba. En France, elle est visée par un mandat de recherche délivré dans le cadre d'une information judiciaire ouverte à Paris le 2 août 2016 pour « association de malfaiteurs terroriste criminelle ».

Lors de son premier procès en Irak, Mélina Bougedir a expliqué « avoir agi par pur instinct maternel, alors que son mari menaçait de la séparer de ses enfants si elle ne le rejoignait pas dans les zones contrôlées par l'Etat islamique ».

En janvier dernier, une Allemande ayant rejoint Daech a été condamnée à mort par la justice irakienne.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.