Mayotte: trois enfants retrouvés morts dans une voiture

Mayotte: trois enfants retrouvés morts dans une voiture
Trois enfants de 4 ans ont été retrouvés morts dans une voiture à Combani dans le centre de Mayotte

, publié le jeudi 12 décembre 2019 à 18h56

Trois enfants de 4 ans ont été retrouvés morts mercredi dans une voiture à Combani dans le centre de Mayotte, département français de l'océan Indien, peut-être de déshydratation, a-t-on appris jeudi auprès du procureur.

Les trois enfants, des amis, jouaient dans la rue lorsqu'ils ont disparu mercredi matin, entre 10h et 10h30. Les parents les ont d'abord cherché dans leur quartier de Badjoni avant d'alerter la gendarmerie vers 13h30. 

Les trois enfants ont été retrouvés sans vie vers 16H00 dans une voiture hors d'usage stationnée au bord d'une route départementale depuis plusieurs semaines. La sécurité enfant était activée, les bloquant dans le véhicule aux vitres teintées, empêchant de voir à l'intérieur.

Aucune hypothèse n'est confirmée par les gendarmes ni le parquet, mais une mort par déshydratation fait partie des possibilités, Mayotte connaissant actuellement des températures au-dessus des normales saisonnières, autour de 35 degrés.

Les corps doivent être autopsiés et le procureur pourrait s'exprimer après l'autopsie.

Une enquête a été ouverte par le parquet. Les enquêteurs cherchent notamment à savoir comment les enfants sont entrés dans la voiture. Le propriétaire du véhicule avait reçu un avis d'enlèvement par la police municipale.

Jeudi après-midi, une centaine de parents d'élèves de l'école primaire de Combani, où deux des petites victimes étaient scolarisées, ont participé à une réunion de cellule psychologique dans l'école. Deux psychologues ont été affectés à l'établissement.

Lors de cette réunion, à laquelle le correspondant de l'AFP a assisté, les enseignants, comme beaucoup de parents, se sont dit "sous le choc". L'enseignant d'un des deux enfants a dit n'avoir "pas dormi de la nuit". 

Les enseignants ont souligné que les deux enfants étaient toujours accompagnés de leurs parents pour venir à l'école et qu'ils étaient épanouis. Ils se sont dit très affectés de commentaires sur les réseaux sociaux critiquant les parents des victimes pour les avoir "laisser trainer" dehors seuls.

fso-caz/dch/bw   

Vos réactions doivent respecter nos CGU.