Faits divers

Marseille : une femme malnutrie retrouvée morte dans l’immeuble de son père

Près de 48 heures après la découverte de la dépouille de sa fille dans le 5e arrondissement, un homme de 72 ans a été mis en examen, vendredi 7 avril, pour séquestration et délaissement, a déclaré le parquet à France 3.

C’est une histoire à glacer le sang. À la suite de la découverte du corps de sa fille de 36 ans, un homme de 72 ans a été mis en examen, vendredi 7 avril, à Marseille, au terme d'une garde à vue, à appris France 3 Provence auprès du parquet de la ville. L’enquête a notamment été ouverte pour les motifs de séquestration suivie de mort et de délaissement de personne incapable de se protéger suivi de mutilation ou infirmité permanente.

Dans la nuit du mercredi 5 au jeudi 6 avril, selon des informations du média local, l’homme aurait appelé les secours pour déclarer la mort d’une femme chez lui. Immédiatement, le médecin des sapeurs-pompiers déclare la mort de la trentenaire, "avec toutefois un obstacle médico-légal", ont déclaré les enquêteurs. Et ce, du fait "des conditions de vie particulièrement insalubres" dans l’appartement.

Un huis clos familial dramatique

Le corps se trouvait au milieu de détritus et d'excréments, ont remarqué les enquêteurs, il avait un aspect "décharné", certainement dû “à une malnutrition importante", sans toutefois présenter de traces de violences. Le parquet a également déclaré à nos confrères de France 3 que la mère de la jeune femme et compagne du prévenu avait été transportée à l’hôpital dans un état physique et psychique grave. Le père "se chargeait de les nourrir, mais les empêchait de sortir de l’immeuble", a soutenu une source policière.

D’après le voisinage, il était rare de voir la femme du prévenu, encore plus sa fille. Toutes deux semblaient rester enfermées à longueur de journée dans l’appartement. Les investigations "auront pour objet de déterminer les conditions d’existence des deux victimes” dans ce huis clos familial et de “préciser les circonstances ayant conduit au décès de l’une d’entre elles et aux graves séquelles que présentent la seconde."

publié le 7 avril à 22h25, Orange avec 6Medias

Liens commerciaux