Loire-Atlantique : un policier se suicide avec son arme de service, le 49e de l'année

Loire-Atlantique : un policier se suicide avec son arme de service, le 49e de l'année

Un CRS à Saint-Denis, le 19 novembre 2015.

Orange avec AFP, publié le jeudi 14 décembre 2017 à 11h25

C'est le 49e policier qui se suicide depuis le début de l'année 2017. Un CRS a utilisé son arme de service pour mettre fin à ses jours à Saint-Brévin, en Loire-Atlantique, rapporte BFMTV jeudi 14 décembre.


Âgé de 55 ans et membre des CRS 42 de Nantes, il a été retrouvé par sa femme. Il avait laissé un mot. D'après le journaliste de LCI William Molinié, le policier était en instance de divorce, et était à 6 mois de la retraite.

Depuis le début de l'année, 49 policiers se sont donné la mort, dont plus de la moitié avec leur arme de service, rappelle BFMTV. Une réunion doit avoir lieu jeudi au ministère de l'Intérieur avec la direction générale de la police nationale et les syndicats. Objectif : discuter de la vague de suicides dans les rangs des forces de l'ordre.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
197 commentaires - Loire-Atlantique : un policier se suicide avec son arme de service, le 49e de l'année
  • En accord avec le Premier Ministre et ...en même temps le Président ,le Ministre de l'Intérieur s'apprête toutes affaires cessantes selon notre information d'un membre de Médiapart à promulguer la loi suivante : "en France dorénavant ,interdit de se suicider ...sous peine de mort !"

  • A 6 mois de la retraite , difficile de penser à une cause professionnelle.

  • On mélange tout là!Il avait des problèmes familiaux qu'il ne semblait pas maitriser!!!!

  • paradoxe :
    On leur en demande toujours plus, ils font bien leur travail, mais parfois quand ils se montrent trop zélés, ils sont sanctionnés par leur supérieur qui temporise leur actions répressive, ils ne sont pas protégés par la loi, voire même dans certains cas soupçonnés d'exactions et traînés devant la justice.
    (à force de pressuriser nos policiers, l'insidieuse dépression nerveuse fait le reste, l'homme n'est pas une machine et encore moins un robot).

  • La dépression nerveuse est une terrible maladie qui peut être soignée. Elle conduit à des gestes extrèmes. .

    Oui, c'est vrai ! j'ai un oncle qui faisait de la dépression et un jour, il est passé à l'acte en se jetant d'un pont sur une autoroute.