Les frères Bogdanoff assurent n'avoir «jamais perçu aucune somme de (leur) ami»

Les frères Bogdanoff assurent n'avoir «jamais perçu aucune somme de (leur) ami»
Dans un communiqué, les frères Bogdanoff nient toute escroquerie et en appelle à la justice « pour rétablir la vérité des faits ».

leparisien.fr, publié le vendredi 22 juin 2018 à 21h13

Igor et Grichka Bogdanoff se défendent après leur mise en examen pour escroquerie sur personne vulnérable. Le réalisateur du film, coproduit par l'ami et victime présumée des jumeaux, dit, lui, tomber des nues.

Mis en examen jeudi soir pour « escroquerie sur personne vulnérable » et « tentative d'escroquerie », les frères Bogdanoff se défendent. « Nous nous opposons avec toute la force de la vérité à la présentation qui a été faite de ce qui s'est réellement passé », font-ils valoir dans un communiqué diffusé ce vendredi soir. Igor et Grichka parlent d'une « surprenante mise en cause dans une affaire selon laquelle nous aurions abusé de la prétendue faiblesse d'un ami et partenaire professionnel ».

Les jumeaux les plus célèbres du PAF sont suspectés d'avoir berné un homme de 49 ans, Cyrille P. Sur sa page Facebook, ce jet-setteur habitué des soirées mondaines parisiennes et qui se présente comme producteur de cinéma, a publié plusieurs photos où il apparaît aux côtés des deux hommes.

Or, pour la justice, cette amitié ne semble pas avoir été totalement désintéressée. Les anciens présentateurs de « Temps X » sont soupçonnés d'avoir soutiré près de 1 million d'euros à leur ami fortuné. Ils sont suspectés d'avoir fait miroiter à Cyrille P. de juteux placements artistiques ou scientifiques mais dont ils auraient en fait été les réels bénéficiaires. Circonstance aggravante, Cyrille P. est un majeur protégé, c'est-à-dire sous tutelle ou curatelle. D'où les poursuites pour escroquerie sur personne vulnérable.*

Un film à l'origine de leur rencontre

Dans leur communiqué, les mis en cause affirment n'avoir « jamais perçu aucune somme de ami » dont ils situent la rencontre au mois d'octobre 2017. Et ce dans le cadre de leur participation à un film coproduit par Cyrille P. intitulé « Le Noni ».

Si l'on se fie à la présentation qui en est faite sur Internet, l'action de ce long-métrage, dont la sortie est prévue en février 2019, se situe en Inde. Il est question d'une scientifique d'origine hindoue qui doit poursuivre ses recherches dans son pays d'origine. L'héroïne effectue le voyage en compagnie de sa meilleure amie présentée comme « une femme de poigne, croqueuse d'hommes, célibataire qui considère que son métier d'agent secret n'est pas compatible avec l'amour ».

Selon le réalisateur du film, joint ce vendredi par téléphone, Igor et Grichka ont un rôle de « professeurs en recherche scientifique ». « Leur prestation est remarquable », indique-t-il. « Mais je ne sais absolument pas ce qui s'est passé entre eux et Cyrille P., poursuit le cinéaste. Je tombe des nues. »

Chacun a une caution de 50 000 euros à payer

À l'époque du film, les jumeaux Bogdanoff expliquent que leur ami était « parfaitement sain d'esprit » : « C'est dans ce cadre que tout naturellement il a souhaité participer à la production et à la mise en œuvre de nos projets en cours, ce que nous avons accepté de bonne foi. » C'est vraisemblablement sur ce point que les investigations, déclenchées par un signalement de la cellule antiblanchiment de Bercy, se concentrent. Les deux frères, âgés de 68 ans, expliquent que la mesure de protection dont Cyrille P. a fait l'objet leur a causé « à tous les trois un réel préjudice » sans donner de détails supplémentaires.

« Nous faisons confiance à l'instruction de cette affaire pour rétablir la vérité des faits », concluent-ils. Placés sous contrôle judiciaire, Igor et Grishka Bogdanoff ont l'obligation de payer chacun une caution de 50 000 euros dans les deux mois.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU