Les experts veulent faire parler le squelette de la petite Maëlys

Les experts veulent faire parler le squelette de la petite Maëlys©Gendarmerie nationale

6Medias, publié le vendredi 16 février 2018 à 10h04

Deux jours après la découverte des ossements de la petite Maëlys, son squelette "peut encore livrer des informations", selon le colonel Charles Agostini, médecin légiste de l'Institut de recherche criminelle de la gendarmerie dans un entretien accordé à l'AFP.

Deux jours après les aveux de Nordahl Lelandais et la découverte des restes de la petite Maëlys, les experts scientifiques espèrent pouvoir trouver de nouveaux indices sur les ossements retrouvés. Six mois après la disparition de la petite fille dans la nuit du 26 au 27 août 2017, de nombreuses preuves médico-légales ont disparu, mais selon le colonel Charles Agostini, médecin légiste de l'Institut de rechercher criminelle de la gendarmerie (IRCGN), le "squelette peut encore livrer des informations".



Pendant les prochaines semaines, les gendarmes de l'IRCGN de Pontoise vont effectuer de nombreux examens pour tenter d'abord de déterminer la date de la mort, explique Charles Agostini dans un entretien à l'AFP. "Une demi-douzaine d'experts" va être chargée de dater la mort, "notamment grâce à l'examen des conditions environnementales, des données météorologiques et des insectes trouvés sur le site".

L'autre objectif des experts sera de dévoiler les circonstances exactes de la mort de Maëlys. Les restes de la petite fille vont être passés dans un scanner capable de déceler des éléments de preuves "parfois microscopiques" et des traces métalliques. Une recherche de substances toxicologiques doit être également effectuée sur les os. Enfin, "un anthropologue judiciaire, spécialisé dans l'examen des os, assistera lors de l'autopsie le médecin légiste pour l'aider à déterminer la nature d'éventuels traumatismes et aider à trouver l'objet qui a pu en être la cause", rapporte Charles Agostini.

Si la découverte de traces de traumatisme sur le squelette, "comme l'impact d'une balle, d'une arme blanche ou d'un objet contondant", permettrait d'établir les causes du décès, le médecin prévient : il ne sera pas possible d'établir "si la petite fille a été victime de violences ou d'abus sexuels" en raison de la dégradation du corps.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
142 commentaires - Les experts veulent faire parler le squelette de la petite Maëlys
  • Ne croyez vous pas que ce genre d'article indécent ne peut qu'augmenter la douleur de la famille...et n'apporte rien à l'avancement de l’enquête...laissez la police et la justice faire leur travail et pensez à la douleur des parent ...!

  • Respectons Maelys,svp

  • Laissez la en paix cette pauvre petite fille vous croyez pas que l'affaire a assez durée vous avez le coupable , la dépouille, il vous manque quoi remettez là a sa famille et continuez vos investigation sans elle si ça vous chante de toute façon ça ne la feras pas revenir ..Paix a son âme !!

  • Ne pourrait-on pas par décences:
    -ne plus mettre la photo de cette enfant, respectons là ainsi que ses parents..
    -arrêter le voyeurisme en se complaisant dans ds détails morbides et parfaitement inutiles.

  • assez de détails sordides ! pensez aux parents et votre silence serait une marque de respect
    mais les journalistes a l'affut des choses horribles y ont-ils penses ?