ALERTE INFO
18:25 Le gouvernement italien déclare l'"état d'urgence" pour 12 mois à Gênes

Le plus ancien détenu de France pourrait bientôt sortir de prison

Le plus ancien détenu de France pourrait bientôt sortir de prison©Panoramic

6Medias, publié le vendredi 16 mars 2018 à 12h17

Emprisonné depuis 40 ans, "oublié" derrière les barreaux selon son avocat, le parquet a demandé, jeudi, la libération conditionnelle de Michel Cardon, rapporte France Bleu Nord.

Michel Cardon va peut-être pouvoir goûter à nouveau à la liberté après quarante années passées derrière les barreaux. Condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour le meurtre d'un retraité à Amiens en 1977, le parquet a requis sa libération conditionnelle lors de l'audience organisée, jeudi, au centre de détention de Bapaume, où Michel Cardon est incarcéré, selon France Bleu Nord.

Cet espoir d'une sortie de prison, Michel Cardon le doit à Me Eric Morain.

Cet avocat a découvert le destin du détenu dans un article de la Voix du Nord paru en 2016 et initulé : "Il reçoit sa première visite après 38 ans de prison". Touché par cette histoire, il prend alors contact avec Michel Cardon. "Je lui ai d'abord demandé s'il voulait sortir de prison, après autant de temps il aurait pu redouter un retour brutal dans un monde qu'il n'a pas vu évoluer", explique l'avocat.

Après une première demande de remise en liberté conditionnelle restée sans réponse, Me Eric Morain décidé de déposer officiellement une demande de grâce au chef de l'État. "Comme par miracle les choses se sont précipitées et une audience du tribunal d'application des peines a très vite été fixée au 15 mars".

A 67 ans, souffrant de séquelles d'un AVC et de problèmes cardiaques, Michel Cardon devra intégrer une structure adaptée et agréée par la justice. Le détenu pourrait alors rejoindre un EHPAD à Bapaume ou un Centre d'Hébergement et de réinsertion sociale en région parisienne. La décision du tribunal sera rendue le 30 mars prochain.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU