La justice israélienne ordonne le retour en Italie d'un enfant après son enlèvement présumé

La justice israélienne ordonne le retour en Italie d'un enfant après son enlèvement présumé
Shmuel Peleg, le grand-père d'Eitan Biran, à Tel-Aviv le 10 octobre 2021

publié le lundi 25 octobre 2021 à 22h28

Un tribunal israélien a ordonné lundi le retour en Italie d'un enfant, seul survivant d'un accident en mai ayant causé la mort de ses parents et qui avait été emmené en Israël par son grand-père maternel.

"Le tribunal a ordonné le retour du mineur à son lieu de résidence habituel en Italie et a condamné le grand-père à payer les frais et honoraires d'avocat d'un montant de 70.000 shekels (19.000 euros)", indique la décision de justice consultée par l'AFP.

Agé de six ans, Eitan Biran avait été confié par la justice italienne à sa tante paternelle --qui réside dans la province de Pavie, dans le nord de l'Italie--, après que ses parents, son petit frère, et deux autres membres de la famille ont péri dans la chute d'un téléphérique le 23 mai à Stresa, une station balnéaire du Piémont sur les rives du lac Majeur en Italie. L'accident a fait au total 14 morts.

Eitan, grièvement blessé, vivait depuis chez sa tante paternelle, tandis que la famille de sa mère, résidant en Israël, avait un droit de visite. La justice italienne avait également ordonné la restitution de son passeport dont sa famille maternelle était en possession.

Mais début septembre, l'enfant a été emmené en Israël par son grand-père maternel à bord d'un jet privé, lors d'un droit de visite à l'issue duquel il était censé ramener l'enfant chez sa tante.

La justice italienne a alors ouvert une enquête pour enlèvement. La famille maternelle d'Eitan Biran a rejeté les accusations d'enlèvement affirmant que les parents du garçon souhaitaient qu'il grandisse en Israël.

"Le tribunal n'a pas été convaincu par les allégations du grand-père selon lesquelles le retour du mineur en Italie viole le devoir de protection du mineur, ni par la crainte de dommages pouvant être causés au mineur du fait de son retour en Italie", indique le tribunal des affaires familiales de Tel-Aviv.

"Dans les circonstances décrites, rien n'empêche d'ordonner le retour du mineur à son lieu de résidence habituelle en Italie, où les questions liées à son bien-être au sens large ainsi qu'à son avenir devraient être clarifiées". 

Les parties ont sept jours pour faire appel, a notifié le tribunal, ajoutant que "si un appel est déposé, l'exécution du jugement sera différée jusqu'à la décision de la cour d'appel".

"Nous ne savons pas encore avec certitude la date de retour d'Eitan en Italie" dès lors que la décision du tribunal israélien "peut être contestée", a indiqué l'avocate de la famille paternelle du garçon, Cristina Pagni, citée par des médias italiens. "Il n'y a ni vainqueurs, ni vaincus: il n'y a qu'Eitan qui compte", a-t-elle ajouté.

Les parents d'Eitan, Amit Biran, 30 ans, et Tal Peleg, 27 ans, vivaient depuis plusieurs années en Italie où Amit était étudiant en médecine.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.