L'auteur d'un double meurtre exécuté au Texas

Chargement en cours
Sauf si la Cour suprême des Etats-Unis lui accorde un sursis à la dernière minute, Rick Rhoades, 57 ans, doit recevoir une injection létale dans le pénitencier de Huntsville
Sauf si la Cour suprême des Etats-Unis lui accorde un sursis à la dernière minute, Rick Rhoades, 57 ans, doit recevoir une injection létale dans le pénitencier de Huntsville
1/2
© AFP

publié le mercredi 29 septembre 2021 à 06h07

L'Etat américain du Texas a exécuté mardi un condamné à mort qui, il y a trente ans, a tué deux frères à leur domicile.

Rick Rhoades, 57 ans, a reçu une injection létale dans la soirée dans le pénitencier de Huntsville, selon les autorités pénitentiaires.

Cambrioleur récidiviste, il avait déjà effectué plusieurs passages en prison quand, le 13 septembre 1991, tout juste remis en liberté sous conditions, il est entré dans la maison de Charles Allen, qui hébergeait alors son frère Bradley dans la banlieue de Houston.

Selon les autorités pénitentiaires, il a tué les deux frères dans leur sommeil avant de leur voler de l'argent.

Il n'a été interpellé qu'un mois plus tard, alors qu'il cambriolait une école. En détention, il a confessé le double meurtre, tout en assurant avoir agi lors d'une bagarre avec Charles Allen entamée à l'extérieur de la maison.

En 1992, il a été condamné à la peine de mort par un jury populaire.

Depuis, ses avocats ont accusé les procureurs d'avoir systématiquement écarté les jurés noirs. Rick Rhoades est blanc et ses victimes étaient blanches, mais un tel procédé est interdit et aurait pu invalider la peine.

Pour prouver leurs allégations, ils ont saisi la justice afin d'obtenir les copies des questionnaires remplis par les jurés potentiels il y a trente ans. Après avoir essuyé des revers, ils se sont tournés vers la Cour suprême des Etats-Unis qui a refusé mardi soir leur recours. 

Rick Rhoades est le sixième condamné à mort exécuté depuis janvier aux Etats-Unis, où la peine capitale est en net recul depuis quelques années, et encore plus depuis le début de la pandémie.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.