L'ancien footballeur Christophe Robert jugé pour contrefaçon de grands crus

L'ancien footballeur Christophe Robert jugé pour contrefaçon de grands crus
Selon son avocat, Christophe Robert conteste avoir eu connaissance de l'origine frauduleuse des vins.

leparisien.fr, publié le mercredi 13 juin 2018 à 19h06

L'ancien footballeur Christophe Robert, condamné dans l'affaire de corruption VA-OM, revient devant la justice. Cette fois, il est jugé pour contrefaçon dans une affaire de faux grand crus de Bordeaux.

Il avait été l'un des piteux acteurs de « l'affaire VA-OM ». Celui qui avait enterré le magot de la corruption dans le jardin d'un proche. Vingt-cinq ans plus tard, revoilà Christophe Robert en eaux troubles, ou plutôt en « vins troubles ». À 54 ans, celui qui s'est reconverti dans la vente de baskets et dans le commerce du vin, sera jugé par le tribunal correctionnel pour contrefaçon dans une affaire de faux grands crus du Bordelais.

L'ex joueur de Nantes (Loire-Atlantique), Monaco et Valenciennes (Nord) notamment comparaîtra pour « tromperie », « tentative de tromperie » et « détention de marchandise contrefaite ». Il risque au maximum une peine de cinq ans d'emprisonnement et une forte amende.

L'affaire remonte à l'automne dernier. Christophe Robert achète des grands crus de Pauillac et Saint-Julien à un forain de Montpellier (Hérault), également dans le box des accusés. Curieuse provenance pour des flacons d'exception.... de grands crus classés de 1855 provenant, selon leur étiquette, des châteaux Gruaud Larose, Beychevelle et Pichon Longueville Comtesse de Lalande.

Un préjudice de plusieurs milliers d'euros

Dès le mois de novembre, alors que Christophe Robert a commencé à revendre des bouteilles à d'autres négociants, la supercherie est dévoilée. Une première plainte est déposée. La fraude était grossière : seul le prix des bouteilles était conforme à leur réputation. Mais ni les yeux, ni le palais d'un professionnel ne pouvaient se laisser trahir. Une « piquette » vendue comme un grand cru. Mais l'entourloupe a quand même fonctionné auprès de plusieurs négociants.

Au total, le préjudice porte au moins sur plusieurs dizaines de milliers d'euros. On évoque même la somme de cent mille euros. Selon son avocat, Christophe Robert conteste avoir eu connaissance de l'origine frauduleuse des vins au moment de la transaction, même s'il a eu « des doutes ». Cette ligne de défense laisse au minimum dubitative le parquet, même si l'enquête n'a semble-t-il pas établi la provenance initiale des faux grands crus. Il pourrait s'agir d'un reste de stock issu d'une ancienne affaire mêlant d'autres protagonistes dans le sud du pays voici quelques années.

Pour Christophe Robert, c'est donc une deuxième comparution devant la justice. Après l'affaire de corruption du match Valenciennes-Marseille, il avait été condamné à six mois de prison avec sursis et sept cent soixante-trois euros d'amende. Un autre match difficile l'attend pour convaincre les juges.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.