Isère : un corps retrouvé après la disparition d'une jeune femme

Isère : un corps retrouvé après la disparition d'une jeune femme
Une gendarme. (illustration)

, publié le lundi 28 septembre 2020 à 14h19

Les parents de Victorine avaient signalé sa disparition samedi soir aux gendarmes, déclenchant très rapidement des recherches.

Un corps a été retrouvé lundi 28 septembre près d'un ruisseau en Isère, alors que des recherches étaient effectuées après la disparition d'une jeune femme de 18 ans samedi soir à Villefontaine (Isère). La procureur de la République de Vienne, Audrey Quey, n'était pas en mesure de confirmer, à la mi-journée, qu'il s'agissait de la personne disparue.

Le corps a été retrouvé dans la réserve naturelle de l'étang de Saint-Bonnet, à Villefontaine, a-t-elle indiqué.


"Le chien, qui depuis hier tentait de retrouver la piste de Victorine, a marqué au niveau d'une buse dans un petit ruisseau au niveau duquel on a retrouvé des chaussures qui correspondent aux basket portées par Victorine au moment de sa disparition, ainsi qu'un sac à main et un masque chirurgical", a déclaré Audrey Quey. "Le chien a continué à remonter le cours d'eau et plus haut sur le ruisseau, nous avons trouvé un corps qui pour l'instant reste difficilement accessible et je ne suis pas en mesure de vous confirmer qu'il s'agit du corps de Victorine", a-t-elle encore expliqué, précisant être en attente des techniciens d'investigation criminelle.

"Tout laisse à penser qu'il ne s'agit pas d'un accident", a ajouté la procureure de Vienne qui devrait s'exprimer à nouveau devant la presse en fin de journée, une fois le corps identifié, et se dessaisir au profit du parquet de Grenoble, compétent en matière criminelle.

Une enquête pour disparition inquiétante avait été ouverte samedi soir par le parquet, après un signalement des parents aux gendarmes" à 21h30. Bien que Victorine soit majeure, son absence avait immédiatement inquiété car d'après les derniers éléments de conversation avec ses proches, "elle rentrait chez elle, il n'y avait pas de malaise, elle n'avait pas eu de problème dans sa journée. Ça ne ressemble pas à une fugue", avait souligné Audreu Quey.

Une battue avait rassemblé dimanche de nombreux volontaires. De gros moyens avaient été engagés avec hélicoptère, gendarmes au sol et un chien Saint-Hubert spécialisé dans la recherche de personnes. Les points d'eau (étangs, ruisseaux) sont passés au crible par des plongeurs depuis dimanche.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.