Irma : 250 détenus potentiellement armés s'évadent d'une prison, Matignon dément

Irma : 250 détenus potentiellement armés s'évadent d'une prison, Matignon dément
Un gendarme chasse des pillards sur l'île de Saint-Martin, le 8 septembre 2017.

Orange avec AFP, publié le samedi 09 septembre 2017 à 21h20

Une prison située dans la partie néerlandaise de l'île de Saint-Martin a été partiellement détruite par l'ouragan Irma, permettant à 250 détenus de s'évader, ont rapporté franceinfo et BFMTV samedi 9 septembre.


"Les autorités néerlandaises n'ont pas confirmé. Ceci étant, on a plusieurs informations qui se recoupent autour du fait qu'une partie de la maison d'arrêt s'est effondrée, ce qui a créé une brèche", a déclaré sur BFMTV la capitaine de gendarmerie Amel Ayoubi.

"250 détenus se seraient évadés, en passant par l'armurerie. Donc ils seraient potentiellement armés", a-t-elle précisé.

Interrogé sur les profils des évadés, elle a déclaré qu'"on a des détenus de tous bords. On a des délinquants chevronnés, des délinquants bien connus côté français comme côté néerlandais."

"C'est une situation potentiellement très dangereuse, a-t-elle encore dit sur franceinfo. C'est la raison pour laquelle la gendarmerie a adapté son dispositif. L'intégralité des gendarmes tient l'île, renforcés par la Sécurité civile et l'armée de terre."

MATIGNON DÉMENT

Le Premier ministre Édouard Philippe a refusé de confirmer l'information à l'issue d'une réunion organisée par Emmanuel Macron à l'Élysée. "L'information selon laquelle l'établissement pénitencier de Saint-Martin aurait été détruit et aurait connu un certain nombre d'évasions n'a pas été confirmée. L'information n'est pas avérée par les autorités néerlandaises", a dit M. Philippe lors d'une déclaration au terme d'une réunion de crise à l'Elysée. Il a souligné que le gouvernement français était "en relation permanente avec les autorités néerlandaises" et que le président de la République Emmanuel Macron s'était "entretenu avec le Premier ministre néerlandais il y a quelques minutes". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.