Hérault : un TER percute des blocs de pierre sur la voie, 150 passagers évacués

Hérault : un TER percute des blocs de pierre sur la voie, 150 passagers évacués

Le système de freinage du train a été endommagé mais aucun blessé n'est à déplorer parmi les 150 passagers du train (illustration).

leparisien.fr, publié le dimanche 08 avril 2018 à 18h29

Un groupe de jeunes a été aperçu, près de la commune du Crès, sur un pont prenant la fuite, ce qui accrédite l'hypothèse d'un acte de malveillance.

Un TER Montpellier-Nîmes a percuté samedi soir des blocs de pierre sur la voie sans faire de blessés, un possible acte de malveillance, selon des sources proches du dossier. La veille, un train avait déjà été visé par des pierres quelques kilomètres plus loin, selon la SNCF.

Samedi, les faits se sont déroulés vers 19h30 à hauteur de la commune du Crès (Hérault). Un groupe de jeunes a été aperçu sur un pont prenant la fuite, accréditant l'hypothèse d'un acte de malveillance, ont indiqué des sources proches du dossier.

Le système de freinage du train a été endommagé mais aucun blessé n'est à déplorer parmi les 150 passagers du train. Ceux-ci ont été pris en charge par des bus de substitution et un autre train. Le TER endommagé a été tracté vers Montpellier.

Une enquête a été ouverte et confiée aux gendarmes de la brigade de recherches (BR) de Castelnau-le-Lez (Hérault).

Jets de pierres sur des trains près de MontpellierPar ailleurs, la SNCF indiquait sur son compte Twitter que « des personnes ont été vues (vendredi vers 19 heures) en train de jeter des pierres sur des trains près de Montpellier. Le trafic a dû être interrompu pour vérifier l'état de certaines rames, ainsi que pour laisser le temps à la police d'intervenir. »

D'après les tweets, ces jets de pierre auraient eu lieu à Baillargues, quelques kilomètres après Le Crès en allant vers Nîmes, sans que l'on sache si le train visé était le même.

Dimanche dernier, un barrage dans l'EssonneDimanche dernier c'est le trafic avait été perturbé durant une partie de la matinée sur le RER D aux alentours de la gare de Yerres (Essonne). Un barrage composé de troncs d'arbres et de blocs de béton avait été dressé en travers des voies.

La SNCF a déposé plainte pour cet acte de malveillance qui aurait pu avoir de graves conséquences. « On a même un temps pensé à un attentat », avait soufflé une source interne chez le transporteur.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.