Hérault : stupeur dans une classe de CE2, un élève aurait menacé ses camarades avec un couteau

Hérault : stupeur dans une classe de CE2, un élève aurait menacé ses camarades avec un couteau©L'école élémentaire Haroun-Tazieff de Gigean a choquée par la menace au couteau d'un élève de CE2. (Google street view)

publié le mercredi 25 janvier 2023 à 19h35

À Gigean, dans l'Hérault, un élève de CE2 aurait menacé sa maîtresse et plusieurs camarades à l'aide d'un couteau. Plusieurs plaintes ont été déposées mais le rectorat de l'académie de Montpellier conteste la version des parents d'élèves, rapporte Midi Libre. 

À l'école élémentaire Haroun-Tazieff de Gigean (Hérault), parents, enfants et personnel sont entre choc et sidération.

Midi Libre rapporte que, lundi 23 janvier, un enfant aurait, avec un couteau, menacé camarades et professeurs dans une classe de CE2. "Il l'a sorti et a menacé la maîtresse ainsi que plusieurs élèves, témoigne la tante d'un enfant présent ce jour-là. Il a textuellement dit à mon neveu de 8 ans "Je vais te saigner'". La police municipale de Gigean est intervenue sur place pour gérer la situation. 


De leur côté, les services du rectorat de l'académie de Montpellier donnent une vision différente. Si l'élève est bien arrivé en classe équipé d'un couteau, l'arme blanche aurait été "très rapidement repérée, immédiatement récupérée, sans heurt, par son enseignante." Puis le rectorat poursuit : "L'élève n'a pas menacé ses professeurs et n'a pas été violent avec les adultes ou ses camarades. Aucun autre objet dangereux n’a été trouvé par la police municipale".

Une enquête judiciaire ouverte

L'incompréhension règne encore chez les parents, qui ont vu l'enfant réintégrer la classe le lendemain. Le rectorat précise qu'"afin d'accompagner les équipes intervenant dans cette école (...) ; le référent Handicap de la mairie de Gigean, formé à la gestion de crise, est intervenu aux côtés des professeurs dans la classe sur la thématique de la gestion de conflit de manière non violente."

Au moins deux plaintes pour menaces ont cependant été déposées en gendarmerie mercredi 25 janvier, consécutivement à ces faits. Une enquête judiciaire a été ouverte pour faire toute la lumière sur ce dossier. Un collectif de parents s'est par ailleurs monté en réponse à cet épisode.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.