Harcèlement sexuel : «La parole doit se libérer, mais dans le cadre d'une plainte»

Harcèlement sexuel : «La parole doit se libérer, mais dans le cadre d'une plainte»
A lire aussi

leparisien.fr, publié le mardi 21 novembre 2017 à 09h23

Pour Eric Morain, avocat de l'une des victimes présumées de Tariq Ramadan, c'est un dysfonctionnement dans la chaîne pénale qui explique qu'une faible partie des faits soit portée en justice.

Eric Morain est avocat au Barreau de Paris. Il défend de nombreuses victimes qui ont fait récemment l'actualité comme la journaliste et chroniqueuse Nadia Daam, harcelée sur les réseaux sociaux, et « Christelle » (le prénom a été changé), la deuxième femme qui a porté plainte pour viol contre le théologien Tariq Ramadan. L'homme à la robe n'est pas tendre avec les rouages judiciaires, souvent inhumains pour les victimes, et rappelle le rôle essentiel des avocats, notamment depuis l'affaire Weinstein. Peut-on dire que vous êtes un avocat de victimes ?Il n'y a pas des « avocats de…

Lire la suite sur Leparisien.fr

 
0 commentaire - Harcèlement sexuel : «La parole doit se libérer, mais dans le cadre d'une plainte»
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]