Faits divers

Guet-apens dans le Nord : un nouveau jeune agressé cette nuit, le maire de la commune appelle "au calme"

Le cousin d'un des agresseurs de Philippe, battu à mort lors d'un guet-apens à Grande-Synthe (Nord), a été agressé dans la nuit du 19 au 20 avril, révèle Le Journal du Dimanche. Le préfet du Nord a demandé à renforcer le dispositif policier après cette nouvelle agression tandis que le maire de la commune, Martial Beyaert, a déclaré vouloir que "le sentiment de vengeance de certains s'estompe".

La tension continue de monter à Grande-Synthe (Nord), quelques jours après le meurtre de Philippe Coopman, un jeune de 22 ans battu à mort dans la nuit du 15 au 16 avril. Selon les informations de nos confrères du Journal du Dimanche, un membre de la famille de l'un des agresseurs de Philippe a subi des représailles dans la nuit du 19 au 20 avril. Selon BFTMV-RMC, qui cite le parquet de Dunkerque, il s'agirait du cousin de l'un des mis en cause dans le meurtre de Philippe.

Quelques heures plus tôt, la procureure de Dunkerque, Charlotte Huet, donnait une conférence de presse pour annoncer la mise en examen de deux mineurs, âgés de 14 et 15 ans, pour le meurtre de Philippe. L'enquête a été requalifiée pour "meurtre", avec la circonstance aggravante d’avoir été mené en guet-apens.

Roué de coups par deux individus cagoulés

Selon Le Journal du Dimanche, qui cite des sources policières, le membre de la famille d'un des agresseurs de Philippe, qui a subi ces représailles, est mineur. Il aurait été pris à partie par deux individus à Grande-Synthe, aux alentours de minuit. Deux individus cagoulés l'auraient roué de coups et dérobé ses vêtements et ses chaussures.

Selon BFMTV-RMC, le jeune homme a été retrouvé nu dans la rue par un passant, qui lui a prêté des vêtements et l'a ramené à son domicile. Le jeune homme a été conduit au Centre hospitalier de Dunkerque. Toujours d'après BFMTV-RMC, son pronostic vital n'est pas engagé. Après cette nouvelle agression, le préfet du Nord a demandé, samedi 20 avril, à la police nationale de renforcer le dispositif policier déjà en place, fait savoir BFMTV.

Le maire de Grande-Synthe a réagi à cette nouvelle agression et a souhaité réitéré son "appel au calme". "Tout comme le souhaite la famille de Philippe, je renouvelle mon appel au calme et souhaite que le sentiment de vengeance de certains s'estompe le plus vite possible", a déclaré Martial Beyaert, dans des propos relayés par BFMTV. Il a également rapellé que "nul n'est censé se faire justice soi-même".

publié le 20 avril à 18h00, Adèle Delaunay, 6Medias

Liens commerciaux