Grenoble : une crèche fermée après les menaces d'un groupe de dealers

Grenoble : une crèche fermée après les menaces d'un groupe de dealers
(illustration)

, publié le mercredi 13 janvier 2021 à 13h42

"Il n'y a pas eu de rupture de service, ce n'est pas un recul du service public", assure la mairie.

Une crèche collective municipale a été fermée le 5 janvier à Grenoble, après avoir été la cible de menaces de et dégradations d'un groupe dealers officiant à proximité, rapporte mercredi 13 janvier Le Figaro.

"Après la fermeture de fin d'année, on s'est aperçu que la porte d'un local technique de la crèche n'était plus sécurisée, explique l'adjointe à la tranquillité publique de la mairie de Grenoble, Maud Tavel, qui évoque l'intrusion de trafiquants de drogue. Le personnel s'est trouvé en difficulté pour accéder à ce local, avec des tensions de plus en plus fortes."

Après des menaces verbales et des dégradations sur la façade la crèche, le personnel a fini par exercer son droit de retrait pour se protéger, ainsi que les enfants et leurs parents.


L'établissement, géré par le Centre communal d'action sociale (CCAS) a été fermé par la mairie. "Nous ne mettons ni le CCAS, ni les parents, ni les enfants en difficulté, donc la crèche est pour l'instant fermée jusqu'à nouvel ordre", selon l'adjointe de secteur à la mairie de Grenoble, Chloé Pantel, citée par Le Figaro.

"Il n'y a pas eu de rupture de service, ce n'est pas un recul du service public", assure Maud Tavel, selon qui les enfants et le personnel ont été accueillis dans d'autres établissements du secteur. Elle assure également que la municipalité a "écrit au préfet pour demander quelles actions pouvaient être décidées afin de revenir à la normale le plus vite possible".

Le quartier de la Villeneuve, où se trouve la crèche connaît des "difficultés" liées au stupéfiant, concède l'adjointe. Une situation délicate, car "la présence policière entraîne souvent une volonté d'occupation et des provocations".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.