Français disparus au Québec : les recherches suspendues

Français disparus au Québec : les recherches suspendues
Des équipes de secours sur le lac Saint-Jean, le 25 janvier 2020.

, publié le vendredi 07 février 2020 à 11h15

Les corps de trois motoneigistes ont déjà été retrouvés, tandis que trois autres ont survécu à l'accident.

"On a vraiment fait le maximum de ce qu'il était possible de faire".  Les recherches pour retrouver les deux derniers Français portés disparus depuis le 21 janvier, dans les eaux glacées d'un lac ont été suspendues jeudi 6 janvier, a annoncé la Sûreté du Québec.

Après seize jours de travail, la Sûreté du Québec a suspendu "de façon temporaire" les recherches, "jusqu'à ce que de nouveaux éléments d'enquête reviennent", a déclaré à l'AFP son porte-parole Hugues Beaulieu. "On a vraiment fait le maximum de ce qu'il était possible de faire", a-t-il indiqué, évoquant "les conditions hivernales" pour expliquer la suspension. Vendredi dernier, les plongeurs avaient dû arrêter de travailler en raison du froid. 


"On n'abandonne pas, on suspend", a insisté M. Beaulieu, précisant que le "travail d'enquête se poursuit" et qu'il est "très possible" que des embarcations soient remises à l'eau "dès le printemps". 


Fin janvier, les corps de trois des cinq motoneigistes portés disparus -des hommes âgés de 24 à 58 ans- avaient été retrouvés à environ 3 km du point de départ des recherches. Ceux de Jean-René Dumoulin, 24 ans, et Arnaud Antoine, 25 ans, sont encore manquants. Au total, le groupe de randonneurs à motoneige était composé de huit touristes originaires de l'est de la France, dont trois ont survécu à des blessures légères et à un choc nerveux. Leur guide, un Québécois de 42 ans qui était tombé à l'eau, est mort à l'hôpital.

Les motoneiges avaient été localisées par les plongeurs à l'embouchure de la rivière Grande Décharge et du lac Saint-Jean, à 200 km au nord de la ville de Québec. Les circonstances exactes du drame restent inconnues.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.