"Fort séisme imminent": Tokyo secoué par une fausse alerte

"Fort séisme imminent": Tokyo secoué par une fausse alerte

L'archipel, qui subit chaque année plus de 20% des séismes parmi les plus puissants recensés sur la planète, a mis en place ce type d'alertes en 2007, accordant aux habitants de précieuses secondes pour se réfugier dans un ...

A lire aussi

AFP, publié le vendredi 05 janvier 2018 à 10h57

Des millions de Tokyoïtes ont reçu vendredi une angoissante alerte sur leur téléphone les avertissant d'un puissant séisme, ce qui s'est avéré en fait une fausse information apparemment provoquée par la survenue quasi simultanée de deux petits tremblements de terre.

"Séisme au large d'Ibaraki (nord-est de Tokyo), préparez-vous à d'importantes secousses": les habitants de la capitale japonaise ont eu une grosse frayeur quand leurs portables ont retenti en fin de matinée... avant de constater, soulagés, que rien ne se passait.

Même le Premier ministre Shinzo Abe a été pris par surprise, des images télévisées le montrant vérifiant son téléphone à clapet alors que les alarmes retentissaient dans ses bureaux avant une réunion de son cabinet.

Pendant ce temps, sur la chaîne publique NHK, un présentateur lançait les habituelles consignes de précaution: "Protégez-vous, éloignez-vous des meubles susceptibles de tomber". Dans le métro et les trains, des lignes étaient temporairement suspendues, tandis que des ascenseurs, dont ceux de l'emblématique tour de Tokyo, étaient stoppés, ont rapporté les médias locaux.

En réalité, le Japon a été frappé à peu près au même moment par deux séismes modérés, qui n'ont fait aucun dégât ni blessé: l'un de magnitude 4,4 au large d'Ibaraki, l'autre de magnitude 3,9 à 350 km de là, dans la préfecture de Toyama, sur la côte nord-ouest du pays.

"Nous pensons que le système a surréagi en combinant les deux séismes distincts comme s'il s'agissait d'un important tremblement de terre", a expliqué un responsable de l'Agence japonaise de météo, ajoutant qu'une enquête était en cours.

L'archipel, qui subit chaque année plus de 20% des séismes parmi les plus puissants recensés sur la planète, a mis en place ce type d'alertes en 2007, accordant aux habitants de précieuses secondes pour se réfugier dans un endroit sûr avant un puissant tremblement de terre. 

Les Japonais avaient ainsi été alertés du terrible séisme de mars 2011 qui avait provoqué un tsunami, tuant quelque 18.500 personnes et provoquant une catastrophe à la centrale nucléaire de Fukushima.

Le système a déjà eu des défaillances par le passé, semant confusion et inquiétude, notamment en août 2016 quand une fausse alerte avait prévenu de l'imminence d'un séisme de magnitude 9,1. 

 
3 commentaires - "Fort séisme imminent": Tokyo secoué par une fausse alerte
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]