Fillette kurde tuée en Belgique : un policier «identifié» comme l'auteur du tir

Fillette kurde tuée en Belgique : un policier «identifié» comme l'auteur du tir
Les parents de Mawda Shawri, la fillette kurde tuée dans une course-poursuite en Belgique.

leparisien.fr, publié le mardi 22 mai 2018 à 20h06

L'enquête avance dans l'affaire de la course-poursuite mortelle contre des migrants en Belgique.

Un policier belge a été identifié comme l'auteur du tir mortel pour une fillette kurde de deux ans tuée lors d'une course-poursuite jeudi dernier avec un véhicule transportant un groupe de migrants près de Mons (sud-ouest de la Belgique), a confirmé mardi le procureur général de Mons. Une version qui confirme les déclarations des parents de la fillette.

« Le policier qui a tiré est défait et abattu. Il n'a jamais voulu, ni imaginé cela », a expliqué le magistrat, Ignacio De la Serna, cité par l'agence de presse Belga, au cours d'un point presse au parquet de Mons. Selon le parquet belge, il n'y a eu qu'un seul tir, après « une course-poursuite dangereuse de 60 km » sur l'autoroute E42 en direction de Maisières, un faubourg de Mons.

L'autopsie réalisée jeudi a permis de déterminer la cause exacte de la mort de la fillette kurde, Mawda Shawri, a précisé le procureur général de Mons. L'enfant est décédée dans l'ambulance la transportant à l'hôpital et un premier diagnostic établi à l'hôpital avait indiqué qu'elle avait été victime d'un traumatisme crânien.

« Il n'y avait pas d'armes dans la camionnette » à bord de laquelle avaient pris place 30 migrants kurdes (26 adultes, 4 enfants) « et un seul coup de feu a été tiré, par un policier [...] et c'est la balle tirée par ce policier qui a tué » la petite Mawda Shawri, a pour sa part déclaré l'avocat de la famille, Olivier Stein, joint par téléphone par l'AFP. « Le policier qui a tiré a été clairement identifié », a-t-il précisé.

Course-poursuite à 90 km/h

Les autorités judiciaires auraient également confirmé mardi à l'avocat que « la balle a été tirée en pleine course-poursuite, au moment où la camionnette roulait à 90 km/h, depuis une des voitures de police dont les plus avancées se trouvant à hauteur de la camionnette.

« On a pu lire dans la presse que celle-ci aurait foncé sur un barrage de police, mais il n'en est rien. Ces informations confirment les explications de mes clients sur toute la ligne », s'est félicité Me Stein.

Lors d'une conférence de presse vendredi, le premier substitut du parquet de Mons, Frédéric Bariseau, s'était montré « très prudent » sur l'origine du tir, lors de cette course-poursuite dans la nuit de mercredi à jeudi entre Namur et Maisières, un faubourg de Mons. L'enquête a depuis démontré que la police d'Outre-Quiévrain avait sa part de responsabilité dans ce drame.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.