Fac bloquée : six interpellations après des échauffourées à Tolbiac dans la nuit

Fac bloquée : six interpellations après des échauffourées à Tolbiac dans la nuit

Une journaliste des Echos a pu filmer la scène où on voit un groupe tirer des fumigènes sur la fac de Tolbiac.

A lire aussi

leparisien.fr, publié le samedi 07 avril 2018 à 20h46

Des projectiles enflammés ont été lancés à travers les grilles de la faculté de Tolbiac à Paris dans la nuit de vendredi à samedi.

Six personnes ont été interpellées après des échauffourées à l'université de Tolbiac à Paris dans la nuit de vendredi à samedi. Des projectiles, dont certains fumigènes, ont été lancés à travers les grilles de la fac occupée depuis deux semaines par des étudiants protestant contre la loi Vidal réformant l'accès à l'université.

Après les tirs de projectiles par un groupe d'une vingtaine de personnes, les étudiants occupant la fac ont répliqué en tirant également des projectiles. Ces incidents ont été très rapides, et se sont déroulés entre 23 heures et 23h30 vendredi soir. Selon les sources policières, il n'y aurait aucun blessé. Sur Twitter, les étudiants qui occupent la fac assurent que l'une d'entre eux «a été blessée à la main ».

Une journaliste des Echos a pu filmer la scène avec son smarphone.

Les six personnes arrêtées ont été placées en garde à vue pour « violences volontaires en réunion et participation à un groupement préparant des violences ou des dégradations », selon une source judiciaire. Leur garde à vue a été prolongée samedien fin de journée.

Dans une interview cette semaine au Parisien, Georges Haddad, président de l'université Paris 1 Sorbonne a fait part de son inquiétude devant l'occupation de la fac par quelques étudiants. « Il y a déjà eu des blocages, mais jamais à ce niveau-là et avec cette dimension politique et idéologique, expliquait-il. Cela a commencé comme une contestation de la loi sur Parcoursup [...]. Mais maintenant, j'observe une contestation globale, qui demande la démission du Président de la République, la fin du capitalisme et des Etats... J'ai peur que Tolbiac se transforme en une ZAD universitaire ».

Dans une vidéo surréaliste, trois étudiants masqués, accompagnés d'un chien, ont expliqué parler au nom de « la commune libre de Tolbiac ». Le compte Twitter de ce mouvement a réagi dans la nuit aux échauffourées et a dénoncé «une attaque de milice d'extrême droite ».

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.