Euro de football : l'ULM ne devait que "survoler le stade", promet Greenpeace, qui s'excuse

Euro de football : l'ULM ne devait que "survoler le stade", promet Greenpeace, qui s'excuse
Un militant de Greenpeace à Munich, en Allemagne, le 15 juin 2021.

publié le mercredi 16 juin 2021 à 11h02

"Nous sommes désolés que l'action de protestation ne se soit pas déroulée comme prévu", a déclaré un porte-parole de l'ONG.

L'organisation écologiste Greenpeace a assuré mercredi 16 juin que son militant qui a manqué de s'écraser en tribune mardi avant le début du match France-Allemagne de l'Euro à Munich, ne voulait en fait au départ que "survoler" le stade.

Le pilote de l'engin de type ULM "aurait dû survoler le stade et laisser tomber un ballon en latex" avec le message "Kick out Oil" ("dehors le pétrole", en anglais), selon un porte-parole. "Des difficultés techniques l'ont forcé à atterrir dans le stade", selon un communiqué publié sur le site de l'association. Deux personnes ont été blessées, selon la police de Munich, qui a dit mardi soir envisager "plusieurs qualifications" pénales pour poursuivre le conducteur de l'ULM.


L'UEFA a condamné un "acte inconsidéré" et la Fédération allemande (DFB) a jugé l'action "inacceptable".

"Nous sommes désolés que l'action de protestation ne se soit pas déroulée comme prévu" et "regrettons que des personnes aient été mises en danger et blessées", a ajouté le porte-parole.


Le message de Greenpeace était adressé au constructeur automobile Volkswagen, un des sponsors principaux de l'Euro organisé cette année dans un format inédit avec onze villes hôtes réparties dans onze pays. "Notre demande: arrêtez de vendre des voitures diesel et essence mauvaises pour le climat", avait tweeté peu après l'incident l'organisation sur son compte allemand.

L'UEFA a défendu mardi soir sa politique en matière d'environnement, se disant "pleinement engagée pour faire de cet Euro un tournoi durable".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.