Essonne : un homme interpellé à tort, soupçonné d'avoir menacé de mort une prof

Essonne : un homme interpellé à tort, soupçonné d'avoir menacé de mort une prof
(illustration)

publié le jeudi 05 novembre 2020 à 08h00

Une enseignante de l'école Jean-Jaurès d'Athis-Mons (Essonne) a porté plainte après avoir été, selon elle, menacée de mort à deux reprises par un homme qui passait devant l'établissement. Un homme a été interpellé puis rapidement mis hors de cause mercredi.

La plaignante avait cru reconnaître le suspect. 

L'homme de 39 ans interpellé mercredi matin alors qu'il faisait son jogging à Athis-Mons a été libéré après quelques heures, rapporte Le Parisien. "Il n'a pas été reconnu par la victime, nie toute implication et sa description ne colle pas avec l'auteur, selon une source proche de l'enquête au Parisien. De plus, il a 39 ans alors que le suspect recherché aurait plutôt autour de 25 ans". 




Cet homme a été pris pour un autre, qu'une enseignante avait entendu la menacer de "venger le prophète" et de s'en prendre à des professeurs de cette école primaire d'Athis-Mons. "Une enseignante a entendu à deux reprises (lundi et mardi, ndlr) des menaces alors qu'elle prenait sa pause à l'extérieur" de l'établissement, a indiqué une source policière à l'AFP, confirmant une information du Parisien.

La prof a cru reconnaître les vêtements du suspect 

Selon l'enseignante, "l'homme aurait déclaré à la cantonade : 'Sur Allah le prophète, je vais te venger, ces saletés de profs vont payer". "Cela a été signalé à la police" qui s'est déployée aux abords de l'école. Mais les forces de l'ordre n'ont pas interpellé le bon individu. 

"Il a dans un premier temps été reconnu de loin par l'enseignante menacée ce lundi, notamment parce que sa tenue vestimentaire correspondait à celle de l'auteur des propos inquiétants", explique jeudi le quotidien francilien. 

Garde à vue levée sans poursuites 

"Mercredi, elle a composé le 17 en croyant l'apercevoir de nouveau devant l'établissement", indique une source proche du dossier au Parisien. Le joggeur de 39 ans a été interpellé dans la foulée.

Mais, une fois au commissariat de Juvisy-su-Orge, chargé de l'enquête, l'enseignante n'a pas identifié le suspect. "Sa garde à vue a donc été levée en début d'après-midi, sans poursuites à son encontre", selon le parquet d'Evry-Courcouronnes. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.