En Californie, les coulées de boue sèment mort et destruction

Chargement en cours
 Une maison et un véhicule ensevelis par une coulée de boue, le 10 janvier 2018 à Montecito, en Californie

Une maison et un véhicule ensevelis par une coulée de boue, le 10 janvier 2018 à Montecito, en Californie

1/4
© AFP, Robyn Beck
A lire aussi

AFP, publié le jeudi 11 janvier 2018 à 12h45

Dix-sept morts, des dizaines de disparus et de centaines de maisons détruites ou abimées - dont celle de la grande prêtresse des médias américains Oprah Winfrey: les coulées de boue dévastaient la région de Santa Barbara mercredi un mois après des incendies rageurs.

Dans cette région, d'ordinaire l'une des plus bucoliques et majestueuses de Californie, les pluies torrentielles de lundi et mardi, les premières depuis dix mois, se sont transformées en véritables calamités. 

Sans végétation pour retenir la terre, celle-ci s'est affaissée sur des centaines de mètres tandis que les rivières montaient jusqu'à plusieurs mètres, charriant boue et rochers et détruisant tout sur son passage.

"Nous sommes tristes d'annoncer que le bilan des victimes est monté à 17 personnes", a déclaré Bill Brown, le shérif du comté de Santa Barbara lors d'une conférence de presse, ajoutant que d'autres personnes étaient encore en train "d'agoniser" dans l'attente de nouvelles de leurs proches: treize personnes étaient encore portées disparues.

M. Brown a décrit des opérations de secours "massives" avec plus de 500 personnes mobilisées, et a qualifié de "stupéfiantes l'étendue et l'ampleur de la dévastation".

Les pompiers du comté de Santa Barbara ont dit avoir secouru une adolescente de 14 ans qui était coincée depuis des heures dans une maison effondrée de Montecito.

"Nous réalisons que ce sera une route longue et difficile pour nous et notre communauté", a encore déclaré le shérif Brown.

Le comté a également confirmé 28 blessés. Quelque 30.000 personnes faisaient l'objet d'évacuations obligatoires ou conseillées. 

Mercredi, Montecito, bourgade cossue voisine de Santa Barbara au bord du Pacifique, à deux heures au nord de Los Angeles, était transformée en paysage de désolation. Les rues et routes étaient envahies de boue ou coupées par des rocs ou des voitures écrasées par les arbres déracinés. 

Ici, des maisons avaient été éventrées par des torrents de boue... quelques mètres plus loin, d'autres étaient totalement épargnées.

A travers la petite ville prisée des célébrités, des ouvriers s'affairaient pour dégager les rues et réparer les câbles électriques qui pendaient, certains pylônes gisant sur le sol.

La maison d'Oprah Winfrey, à Montecito, a été touchée par le désastre. La présentatrice, actrice et productrice superstar a posté sur Instagram des vidéos de son jardin rempli d'une boue dans laquelle elle s'enfonçait jusqu'à mi-mollet, et jonché de débris.

- Train lancé à toute vitesse -

"Ici il y avait la clôture du voisin, elle a été emportée", remarque-t-elle. La vedette - dont le discours aux Golden Globes dimanche a déclenché un mouvement en faveur de son hypothétique candidature à la présidentielle de 2020 - a également mis en ligne une vidéo d'un feu brûlant à côté de chez elle à cause d'une fuite de gaz, et montrant des hélicoptères survolant la zone. 

Les résidents décrivaient le torrent de boue comme un train lancé à toute vitesse ou un troupeau de buffles écrasant tout.

"J'ai vécu ici toute ma vie je n'ai jamais rien vu de pareil", a par ailleurs raconté à l'AFP Melissa Ausanka-Crues, infirmière de 29 ans. 

"Nous avons eu de la chance, nous étions seulement sous ordre d'évacuation volontaire et avons décidé de rester à cause de tous les animaux que nous avons ici, on venait de rentrer de l'évacuation à cause de l'incendie" Thomas raconte-t-elle.

"On habite à 750 mètres d'ici et il n'y a rien eu", conclut-elle.

Gala, qui refuse de donner son nom de famille, vient quant à elle de retrouver l'électricité chez elle et est choquée de ce qu'elle découvre en rallumant la télévision et internet: "je ne savais pas ce qui se passait (...) à deux pâtés de maison. Ils auraient dû rendre les évacuations obligatoires".

D'après Amber Anderson, porte-parole des pompiers de Santa Barbara citée dans la presse locale, environ 100 maisons ont été détruites et 300 ont été endommagées par les coulées de boue.

Des portions d'autoroutes étaient fermées pour encore plusieurs jours. Le trafic ferroviaire aussi était perturbé à cause de voies recouvertes de terre.

La maison de Dick Thielscher, un habitant des environs, n'a pas été endommagée mais il se dit "inquiet pour le prochain orage", interrogé par l'AFP.

Il tentait d'aller au supermarché avec ses deux petits chiens... mais n'a pas réussi à traverser la rue, bloquée par une épaisse couche de boue.

 
5 commentaires - En Californie, les coulées de boue sèment mort et destruction
  • beaucoup savent lire , mais lire ce n'est pas que de voire des mots et des lettres , c'est surtout de comprendre ce qui est écrit dans les phrases
    -1 les zones concernées sont les zones détruites par les incendies , plus de végétation pour retenir l'eau et la terre beaucoup voire tout les citadins qui viennent dans nos campagnes dans leurs béton, ne savent pas la nature
    - 2 la deuxième choses que ne précisent pas les journaleux incultes c'est que 90 % des maison de la bas sont en bois, avec un peut de compréhension ne censurez pas merci

  • LE SI subtil MR TRUMP va-t-il enfin comprendre !!!! il crée la surprise mais c'est tout .... l'argent ne fait pas tout ....

  • Pour une fois que les catastrophes ne touchent pas des populations défavorisées mais un nid de milliardaires, on ne va pas les plaindre. Ils récoltent ce qu'ils sèment à force de rechercher à tout prix le profit au détriment du climat.
    Ce qui me gène le plus la-dedans, c'est que les médias en font tout un plat alors que le même phénomène au Bengladesh ou en Bolivie ne mérite même pas un article.

  • malheureusement ce n'est que la conséquence des feux de forêt, n'ayant plus rien pour retenir et boire l'eau qui tombe, l'eau simplement ruisselle et tout le sait surtout après un incendie le sol est dur, la terre cuite donc tout cela fait le résultat mais comme dit leur président le climat va bien

  • A chaque jour sa catastrophe pour rappeler à l'hurluberlu qui siège à la Maison Blanche que le dérèglement climatique, ce n'est pas un complot ourdi par des athées pour saper les fondements de ses certitudes bibliques.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]