Éducation : les parents d'élèves espagnols appelés à faire la "grève des devoirs"

Éducation : les parents d'élèves espagnols appelés à faire la "grève des devoirs"

Des écoliers dans une salle de classe, près de La Rochelle (illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mercredi 02 novembre 2016 à 17h38

La fronde est bien lancée. Une action d'envergure a été lancée par la principale organisation de parents d'élèves d'Espagne, qui appelle ses membres à faire la "grève des devoirs" en ce mois de novembre.

Le mouvement a été initié pour protester contre les devoirs à la maison, qui, selon eux, nuisent eux enfants. L'appel de la confédération espagnole des associations de pères et mères d'élèves (CEAPA), qui est présente dans 12000 des 18000 établissements scolaires publics, concerne tous les élèves, âgés de 6 à 18 ans.

Cette démarche s'explique par la "certitude absolue que les devoirs sont préjudiciables". Selon le collectif, ils empêchent le développement complet des enfants, et freinent leur épanouissement au-delà de l'acquisition de connaissances purement académiques, explique le président de la CEAPA, dont les propos sont rapportés dans Le Parisien, ce mercredi 2 novembre.

Selon le dernier rapport de l'Organisation pour la Coopération et le développement économique, les écoliers espagnols font en effet partie des plus sollicités d'Europe en ce qui concerne les devoirs. L'Espagne arrive en 5e position d'un classement dominé par la Russie, et derrière l'Italie, l'Irlande, et la Pologne. Cette charge de travail à la maison n'empêche pas les élèves espagnols d'être particulièrement exposés au décrochage scolaire, avec un taux 2 fois supérieur à la moyenne de l'Union européenne.
 
6 commentaires - Éducation : les parents d'élèves espagnols appelés à faire la "grève des devoirs"
  • Vive la fin des devoirs : voilà une mesure qui sera populaire auprès des élèves, mais aussi des parents maintenant, sans parler des profs pour qui les corrections restent une corvée. Tout le monde pourra ainsi s'inscrire à l'université et même obtenir le doctorat, pourquoi pas. C'est pas grave, on ira chercher les élites dont on a besoin à l'extérieur.

  • Entre ceux qui ne travaillent pas du tout et cette démarche où d'autres travaillent trop..

    Il y a un juste milieu à devoir trouver le rythme et le besoin d'un enfant qui reste unique en terme de soutien ou non...

    Mais ne rien faire, n'est pas la meilleure formule pour rester sur un programme qui doit porter ses fruits...

    Avec le minimum d'acquis pour entrer en sixième avec les fondamentaux acquis...

    Sans les acquisitions, ce sont des élèves qui ont des difficultés à suivre les cours...

    Sans compréhension de la lecture, impossible de résoudre un quelconque exercice, car cet énoncé n'est pas interprété sur le sens..

    Alors, il faut un minimum de travail en fonction des lacunes de chaque élève..

  • Première question: qu'appelle-t-on devoir ? Deuxième question: âge des élèves. Troisième question: durée des devoirs

  • L'article est insuffisant pour se faire une idée de la situation et de la légitimité de la "grève" des parents. Une autre source indique que les écoliers espagnols passeraient 6,5 h par semaine sur leurs devoirs. Mais sans indication de la durée hebdomadaire ni du nombre de semaines de classe, cela renseigne bien peu sur la charge de travail demandée aux élèves. Il est donc impossible de savoir si elle est vraiment excessive ou si les parents pensent surtout à leurs loisirs. De plus, entre 6 ans et 18 ans, il doit y avoir quelques différences dans la difficulté et les attentes des enseignants.
    Sur la question de fond, en l'occurrence l'existence de devoirs à la maison, il existe des arguments pour et des arguments contre. Les arguments contre, qui ont justifié une circulaire d'interdiction en France dès 1956 pour l’École Élémentaire, sont d'une part que la charge de travail imposée aux enfants est excessive, donc nuisible à leur épanouissement, voire à leur santé, d'autre part que l'aide que les parents peuvent apporter ou non crée une inégalité entre les élèves. Les partisans des devoirs quant à eux disent que l'enfant doit se rappeler qu'apprendre est plus important que se distraire, que cela le prépare moralement à la vie d'adulte, que les différences culturelles se manifestent beaucoup plus dans le choix des loisirs que dans les conseils pour les devoirs et que finalement ceux-ci, imposés à tous les enfants d'une classe, lisseraient plutôt les inégalités.
    Par ailleurs, l'enquête PISA mesure surtout la conformité des programmes aux contenus qu'elle évalue, et pas vraiment l'efficacité réelle du système éducatif.
    Je me garderai donc bien de donner une opinion tranchée sur le sujet.

  • avatar
    minnie-moocher  (privé) -

    Faire les devoirs à la maison a toujours été pour moi une corvée plus qu'une nécessité. Je les ai faits bien souvent devant l'urgence. Mais pourquoi donc fallait-il que l'on travaille en plus des heures ? Dans la vie professionnelle salariée, quand on a fini notre journée, on amène rarement du travail à la maison. Va pour certaines professions, cadres supérieurs, hauts responsables. Mais pour les autres ? J'en ai connu qui étaient coutumiers de la chose, c'est surtout parce qu'ils étaient mal organisés ou parce qu'ils étaient mauvais pour les faire en temps voulu.

    les devoirs,, et surtout leçons, à la maison, servent à renforcer l'apprentissage, e à vérifier les acquis
    En primaire donner, par exemple, 3 multiplications à faire seul permet à l'enseignant de savoir si c'est acquis
    Au CP,CE, il est indispensable de lire un peu à la maison, pour s'entraîner à prononcer correctement, à son rythme
    Enfin, certaines choses doivent être sues par cœur, ce seront des outils très utiles dans la vie courante

    Normalement, ce travail ne doit pas excéder 1/2 HEURE

    avatar
    minnie-moocher  (privé) -

    Pour ça on avait l'étude, de 16h50 à 18h.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]