Douze ans de prison pour la "Masterchef" des faux bons de réduction

Douze ans de prison pour la "Masterchef" des faux bons de réduction
Des bons de réduction,le 13 septembre 2011 à Washington

publié le vendredi 17 septembre 2021 à 23h54

Une Américaine, qui avait élevé la contrefaçon de bons de réduction au rang d'art, a été condamnée cette semaine à 12 ans de prison pour avoir causé 31 millions de dollars de pertes à plusieurs entreprises.

Lori Ann Talens, 41 ans, "avait mis sur pied ce qui pourrait être l'une des principales arnaques aux faux bons de réduction de l'histoire" des Etats-Unis, selon les procureurs en charge du dossier.

S'appuyant sur une expérience dans le commerce, elle avait "perfectionné son art", au point que les enquêteurs ont dû recourir à des "experts pour confirmer le caractère contrefait" de ses oeuvres, écrivent-ils encore dans des documents versés à la procédure. 

Chez elle, elle créait des bons dits "Frankenstein", en assemblant sur son ordinateur les images de produits, les logos d'entreprises et des codes-barres valides. "Le seul aspect suspect de ses bons était le montant de la réduction", égal ou supérieur à la valeur des produits, selon ces documents.

De 2017 à 2020, sous le pseudonyme "Masterchef", elle a recruté plus de 2.000 clients sur internet et vendu ses faux bons promotionnels dans l'ensemble des Etats-Unis, amassant au total près de 400.000 dollars. 

Les pertes occasionnées aux entreprises ont pour leur part été estimées à 31 millions de dollars.

Un "passionné" de bons de réduction, entré en contact avec elle sur le web, avait toutefois alerté la police, qui a mis un terme à son petit business. Son mari qui se chargeait de l'expédition des bons a été condamné pour sa part à sept ans et trois mois de prison.

Les bons de réduction, "coupons" en anglais, ont un poids particulier aux Etats-Unis, où ils suscitent une passion au-delà de leurs vertus économiques, avec des sites internet dédiés, des communautés de fans et même, en 2011, une émission de téléréalité. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.