Doubs : des malfaiteurs incendient la fourrière en mettant le feu à une voiture volée

Doubs : des malfaiteurs incendient la fourrière en mettant le feu à une voiture volée
Un pompier à Saint-Denis, le 6 juin 2016.

, publié le mardi 31 décembre 2019 à 14h06

L'affaire n'a pas de lien avec la fusillade, la semaine dernière, qui a fait trois blessés dans le même quartier.

Des malfaiteurs ont déclenché mardi 31 janvier un incendie à la fourrière municipale de Besançon, située dans le quartier sensible de Planoise, en mettant le feu à une voiture volée, entraînant l'évacuation d'un supermarché, a-t-on appris de sources concordantes.


"Vers 9H30, des individus sont entrés par ruse dans la fourrière qui étaient fermée et ont mis le feu délibérément à une voiture qui avait été volée et récupérée par les forces de l'ordre", a raconté à l'AFP le maire (LREM) de Besançon Jean-Louis Fousseret, confirmant une information de France Bleu. Le feu s'est ensuite propagé à d'autres voitures et une quarantaine de pompiers étaient encore à l'œuvre à 12H00 pour éteindre l'incendie, selon M. Fousseret. Environ 300 personnes, clients et personnel, ont été évacuées d'un supermarché situé à proximité, a-t-il précisé. 


Ces événements ne sont "pas liés" à la fusillade à l'arme lourde qui a fait trois blessés mercredi dernier dans le quartier de Planoise, selon M. Fousseret. Des personnes encagoulées, circulant à pied, avaient alors ouvert le feu en pleine rue sur un groupe, dans un secteur connu pour être un lieu de trafic de drogue, avant de réussir à prendre la fuite. Confirmant le caractère "criminel" de l'incendie, le procureur de la République de Besançon, Étienne Manteaux, a confirmé qu'"aucun lien" n'était établi à ce stade avec cette fusillade.

"Cela montre une désinhibition des délinquants qui est très préoccupante", a-t-il toutefois pointé, notant "une perte d'exploitation très importante pour le supermarché car la combustion des voitures a souillé probablement une partie des denrées alimentaires". La police judiciaire a été chargée de l'enquête.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.