Dordogne : un kiné jugé pour avoir escroqué 400.000 euros à la Sécurité sociale

Dordogne : un kiné jugé pour avoir escroqué 400.000 euros à la Sécurité sociale
Entre 2008 et 2010, un kinésithérapeute de Périgueux aurait fraudé la Sécurité sociale dans plusieurs départements du Sud-Ouest.

Orange avec AFP, publié le mardi 14 mars 2017 à 15h30

FAIT DIVERS - Deux ans de prison ont été requis lundi contre un kinésithérapeute au tribunal correctionnel de Périgueux (Dordogne). Il se serait fait rembourser des actes qu'il ne pratiquait pas.

Entre 2008 et 2010, un kinésithérapeute aurait escroqué la Sécurité sociale dans le Lot-et-Garonne, les Pyrénées-Atlantiques et en Dordogne, à hauteur de 400.000 euros.

Une arnaque jugée lundi 13 mars au tribunal correctionnel de Périgueux, rapporte France Bleu Béarn. Dans le détail, le préjudice s'élève à près de 130.000 euros pour la Caisse primaire d'assurance maladie (Cpam) de Dordogne, ainsi que pour la MSA (Sécurité sociale agricole), 60.000 euros pour la caisse de Pau et 70.000 euros pour celle de Bayonne.

Durant deux ans, le praticien de 55 ans se versait un salaire mensuel proche de 16.500 euros, rapporte Le Parisien. Comment-est-ce possible ? Il se serait fait rembourser des actes qu'il ne pratiquait pas. Il lui est même arrivé de déclarer 80 actes en un seul après-midi, ou encore de déclarer des soins alors qu'il se trouvait en vacances en Suisse, et même de se faire rembourser des déplacements pour des soins jamais réalisés, toujours selon France Bleu Béarn. C'est une famille de patients, qui recevait des remboursements de soins qu'ils n'avaient jamais effectués, qui a signalé l'escroquerie auprès d'un établissement pour personnes âgées.

Depuis, l'homme ne peut plus exercer son métier et est désormais chauffeur de nuit entre Brive et Paris pour 1.600 euros par mois. Il risque quatre ans de prison, dont deux ferme, comme requis par la procureure lundi, et une interdiction définitive d'exercer. Le jugement sera rendu lundi 10 avril.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU