Disparus de l'Isère : 35 ans après, la famille de Ludovic garde espoir

Disparus de l'Isère : 35 ans après, la famille de Ludovic garde espoir©DR
A lire aussi

6Medias, publié le samedi 17 mars 2018 à 15h32

Il y a 35 ans, Ludovic Janvier, disparaissait, emmené par un homme prétextant avoir besoin d'aide pour retrouver son chien. Son frère, Jérôme, présent ce jour-là, continue le combat judiciaire. "Je m'en veux toujours", admet-il dans Le Parisien.

Le 17 mars 1983, Ludovic Janvier est enlevé par un homme, à proximité de la poste de Saint-Martin-d'Hères (Isère). Le petit garçon, âgé alors de six ans, n'a jamais été retrouvé. Aujourd'hui, cet enlèvement, au cœur de l'affaire dite des "disparus de l'Isère", est un des plus vieux dossiers non élucidés encore ouverts en France.

Trente-cinq ans plus tard, Jérôme Janvier se souvient encore parfaitement du jour où son frère a disparu. Partis faire quelques courses pour leur père, les deux frères sont abordés par un homme en bleu de travail. "Il nous a promis des bonbons si on l'aidait à retrouver son chien-loup. On a accepté. L'homme est parti avec Ludovic, moi je suis resté avec Nicolas... Quand j'ai compris que j'avais fait une bêtise, j'ai couru vers notre maison. Nous avons cherché Ludovic partout dans les rues des alentours. C'était trop tard. On avait volé mon petit frère", témoigne samedi Jérôme Janvier dans Le Parisien.

Encore aujourd'hui, le frère de Ludovic garde l'espoir de faire la lumière sur cette affaire. "Comme ma mère, mon frère Nicolas et ma sœur, nous sommes déterminés à le retrouver. Il est impossible de tirer un trait sur notre frère. Il est avec nous en permanence [...] Ne pas savoir, c'est le pire. Ça vous torture jour et nuit", raconte-t-il. Après des années de vaines recherches, Jérôme a "toujours sur une photo de Ludovic". "Ludovic est dans mes pensées à chaque instant, à chaque pas [...]. Je m'en veux toujours", confie-t-il.

Après avoir vu sa famille exploser face à cette épreuve, Jérôme est devenu père de quatre filles. Forcément très protecteur, il a attendu longtemps pour laisser ses filles sortir seules. "La première fois que l'aînée est sortie seule, elle avait 17 ans. Nous avons toujours pris mille précautions. Mais il ne fallait pas non plus les étouffer", conclut Jérôme.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
33 commentaires - Disparus de l'Isère : 35 ans après, la famille de Ludovic garde espoir
  • t'en que les peines de prisons son faible ,des personnes continueront a tuer puisqu'il ne risque pas des années d'enferment
    il faut qui reste enfermé toute leurs vie sans possibilité de sortir un jour
    et pas de leurs trouver des circonstances

  • si les peines de prison serais plus lourdes est sans possibilité de sortir un jour
    pour tous ces voleurs est violeurs d'enfants

  • c'est vraiment incroyable la cruauté de certains ou certaines personnes ils sont sans scrupules est ignoble

  • je me mets à la place du frère cela a du être dur pour lui et aussi pour ses Parents

  • quelle épreuve terrible pour cette famille, et je leur souhaite un jour, un dénouement pour eux ....par contre, aujourd'hui, pour permettre de faciliter les recherches des enquêteurs, il serait utile, et ne déplaise à tous les défenseurs des libertés , que tous les individus majeurs, résidents , non résidents,voire de passage en France(c'est fait que pour ceux dont les casiers judiciaires sont chargés ), soient " fichés A D N " ......