Disparition de Delphine Jubillar : la gendarmerie convoque le mari

Disparition de Delphine Jubillar : la gendarmerie convoque le mari©Gendarmerie nationale

, publié le mercredi 06 janvier 2021 à 12h00

L'enquête sur la disparition de Delphine Jubillar prend un nouveau virage mercredi 6 janvier. Selon les informations de France Bleu, le mari de la femme recherchée a été convoqué à la gendarmerie.

Une nouvelle piste dans l'enquête sur la mystérieuse disparition de Delphine Jubillar ? France Bleu révèle de nouvelles avancées dans les investigations des gendarmes. Selon le média, le mari de la femme recherchée a été convoqué mardi 5 janvier à la gendarmerie. En revanche, il n'est pas encore précisé s'il se présentera en tant que témoin ou bien sous la forme d'une garde à vue.



Delphine Jubillar est toujours portée disparue, elle qui habitait Cagnac-les-Mines (Tarn). Dans la nuit du 15 au 16 décembre dernier, cette mère de deux enfants âgés de 6 ans et 19 mois a quitté le domicile familial à 23 heures pour promener ses deux chiens. Les animaux sont finalement rentrés sans leur maîtresse. Aux alentours de quatre heures du matin, son mari a alors constaté son absence et prévenu les autorités. Depuis trois semaines, les enquêteurs tentent de retrouver sa trace.

Des moyens importants déployés

Les forces de police mettent tout en œuvre pour retrouver Delphine Jubillar. Le 24 décembre dernier, une perquisition a eu lieu au sein du domicile familial. À l'époque, aucune découverte significative n'avait été faite. Le mari de la disparue avait alors pris la décision de partir vivre chez ses parents.

France Bleu annonce mardi 5 janvier que les enquêteurs se sont à nouveau rendus dans la maison. Plus de trois semaines après la disparition de la mère de famille, la gendarmerie de Pontoise doit se présenter avec un matériel très précis. Ils vont utiliser un robot pour examiner ce qu'il y a dans les dalles et les murs de la demeure. Les travaux étaient encore en cours lorsque la femme a disparu.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.