Des policiers visés par un bloc de béton en Seine-Saint-Denis

Des policiers visés par un bloc de béton en Seine-Saint-Denis©Panoramic

6Medias, publié le lundi 22 janvier 2018 à 09h00

L'agression a lieu samedi après-midi à Bondy (Seine-Saint-Denis), selon les informations du journal Le Parisien. A 15 h, alors qu'ils sont en train d'inspecter les caves d'un immeuble de la Sablière, route de Villemomble, six policiers du commissariat de Bondy voient s'écraser un bloc de béton de plusieurs dizaines de kilos à leurs pieds, rapporte le quotidien, qui ajoute qu'il s'agissait d'un morceau de trottoir, projeté délibérément sur le groupe de fonctionnaires de police.

Ces derniers estiment que ce geste était destiné à les tuer. En conséquence ils ont déposé plainte, car ils affirment avoir échappé à une "tentative d'homicide". Leur intervention s'inscrivait dans un contexte de tensions larvées entre riverains excédés par le trafic de drogue et dealers. L'un de leurs collègues témoigne dans les colonnes du Parisien. "Ils ont ouvert une porte donnant sur un escalier situé dehors. En levant la tête, ils ont juste eu le temps de voir cinq hommes projeter à bout de bras le morceau de trottoir". Des renforts arrivés peu après sur place ont été, eux, accueillis par des jets de cailloux, conclut l'article, précisant que les auteurs n'ont pas été interpellés.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
647 commentaires - Des policiers visés par un bloc de béton en Seine-Saint-Denis
  • Il faut bien que toutes ces "chances" pour la France se divertissent.

  • Malheureusement pour l'ensemble de nos forces de l'ordre et de secours c'est comme d'habitude et rien ne bougera ... et ils le savent bien les voyous

  • il fut un temps ,il avait été question de nettoyage au karcher ,dommage que ce n'ait pas été suivi d'exécution et ne soit resté qu'un effet "de manches " !! .. il est , me semble t il , plus que temps que le gouvernement ouvre un oeil et finisse de dormir le nez sur son bureau , faut il attendre que des policiers soient tués pour penser qu'il y a quelque chose a faire ? assez de laxisme, de l'action , pour commencer ne pas accuser les policiers de tous les maux quand il y en a un qui se défend , déjà le moral de ceux ci irait bien mieux ,et ensuite ne pas se contenter d'une petite tape sur l'épaule du malfrat pris sur le fait , et d'un joli petit discours plein de bons conseils, mais immédiatement de la prison ..les prisons sont pleines ? et alors ? ainsi ils n'auraient pas l'impression d'aller en vacances avec tous les loisirs a domicile ....mais malheureusement ces gens là, ne sont jamais punis a la hauteur de leurs méfaits ....alors ils continuent , en pourrissant au passage la vie des gens qui habitent dans ces lieux de non droit ,et qui aimeraient j'en suis sure , vivre tranquillement dans leurs demeures .

  • C'est intolérable, la République est de plus en plus bafouée. Comme disent les policiers c'est une tentative d'homicide. Les auteurs n'étant pas identifiés immédiatement il sera difficile de les identifier après. De plus la justice est de leur côté donc il faut s'attendre (s'ils sont retrouvés, a beaucoup de mansuétude compte tenu du quartier. Quand autorisera -t on les policiers à tirer car ils étaient en légitime défense (mais la peur du jugement!). Maintenant un conseil à la police, n'allez dans ces immeubles sous la protection d'une arme automatique mis en batterie à une distance de sécurité. Cela devient de la guerre il faut utiliser les tactiques de guérilla urbaines chères aux militaires ... L'ex premier ministre n'a t il pas dit que "nous sommes en guerre" contre cette pègre...

    Merci de dire la vérité,et je suis de votre avis.

  • Le probleme en france on gère les consequences plus que les causes, donc dans les banlieues on laisse s'installer une occupation pour avoir la paix, des personnes se plaignent mais quand la police y va plus personnes ne veut temoigner (on peut le comprendre le fauteur à plus de droit que celui qui le dénonce avec toutes les pressions qu'il va subir souvent obligé de partir. Aujourd'hui un braqueur si il n'y a pas de victimes passent en correctionnel au lieu des assisses car cela coute trop cher mais s'en sort avec du sursis jusqu'au jour fatal