Des manifestants inculpés pour avoir attaqué des voitures de police à New York

Des manifestants inculpés pour avoir attaqué des voitures de police à New York
Des manifestants s'attaquent à une voiture de police lors d'une manifestation contre les violences policières à New York, le 30 mai 2020

, publié le samedi 13 juin 2020 à 00h45

Trois manifestants accusés d'avoir lancé des cocktails Molotov sur des voitures de police lors de manifestations contre les inégalités raciales à New York ont été inculpés par un grand jury fédéral vendredi et risquent la prison à perpétuité.

Selon les actes d'accusation transmis par le bureau du procureur fédéral de Brooklyn, Samantha Shader est accusée d'avoir jeté un engin explosif sur une voiture de police lors d'une manifestation le 29 mai, tandis que Colinford Mattis et Urooj Rahman sont accusés d'avoir visé une autre voiture de police lors d'une manifestation le lendemain.   

Dans les deux cas, personne n'a été blessé. 

Colinford Mattis, 32 ans, et Urooj Rahman, 31 ans, sont avocats de profession et avaient jusqu'ici un parcours modèle. 

Samantha Shader, 27 ans, avait elle déjà eu maille à partir avec la justice dans plusieurs Etats américains, selon le procureur. 

Les trois manifestants sont désormais sous le coup de sept chefs d'inculpation fédéraux, notamment pour incendie volontaire, possession et utilisation d'explosifs et engins destructeurs. 

Actuellement incarcérés, ils doivent être formellement inculpés par un juge le 25 juin, et risquent, en cas de condamnation pour tous ces chefs, la prison à perpétuité, a indiqué à l'AFP un porte-parole du procureur, qui est décidé à traiter avec la plus grande fermeté les manifestants soupçonnés de violences contre la police. 

Les manifestations pendant lesquelles se sont déroulées les faits, parfois émaillées de violences, ont eu lieu le premier week-end ayant suivi la mort de George Floyd à Minneapolis, le 25 mai. 

L'attitude de la police new-yorkaise, qui a parfois chargé ou violemment repoussé des manifestants, a été très critiquée et certains agents ont fait l'objet de sanctions disciplinaires. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.