Faits divers

Delphine Jubillar a-t-elle été tuée ? Le parquet requiert un procès aux Assises contre son mari Cédric

Alors que le corps de Delphine Jubillar n’a toujours pas été retrouvé, trois ans après sa disparition, le ministère public requiert un procès aux Assises pour son mari, le principal accusé Cédric Jubillar, rapporte Le Parisien.

Le mari de Delphine Jubillar pourrait être jugé devant le tribunal des Assises du Tarn. C’est en tout cas ce qu’a requis le parquet de Toulouse le 3 novembre dernier, alors qu’aucun corps n'a été retrouvé et qu'aucun aveu n'a été prononcé dans cette affaire. Selon les informations du Parisien, lundi 6 novembre, le ministère public a rendu son réquisitoire définitif dans lequel il souligne "des charges suffisantes à l’encontre de Cédric Jubillar d’avoir commis le meurtre de son épouse".

L’infirmière de 33 ans est portée disparue depuis le 15 décembre 2020. Ce soir là, vers 23 heures, elle s'est volatilisée de Cagnac-les-Mines, près d’Albi, om elle résidait avec son époux et leurs deux enfants. Au cours de l’enquête, les hypothèses d’un suicide, d’un départ volontaire ou encore d’un accident ont été écartées. "Tous les éléments recueillis démontrent l’implication de Cédric Jubillar dans le meurtre de Delphine Aussaguel [son nom de jeune fille, ndlr]", insiste le parquet, cité par le quotidien. Selon l'instance, l'information judiciaire a permis de rassembler des éléments "démontrant que Delphine Asussaguel a été tuée".

La voiture déplacée dans la nuit

Comme le rappellent nos confrères du Parisien, Cédric Jubillar garde pourtant la même défense depuis trois ans. Il s’est couché avant son épouse, restée regarder la télévision dans le salon, avant de se rendre compte de sa disparition vers 3h45 du matin. Depuis, il clame son innocence. Il est incarcéré à la prison de Seysses depuis juin 2021.

Le ministère public parle toutefois d’un "amas" d’éléments à charge qui viennent contredire cette version de l'époux de l'infirmière disparue. Comme notamment une branche de lunettes cassées retrouvée derrière le canapé, signifiant une violente dispute, ou encore la voiture garée dans un sens la veille et retrouvée dans l'autre le lendemain. Mais aussi le témoignage de l'enfant du couple, Louis, six ans au moment des faits, et qui avait évoqué une dispute entre son père et sa mère. Le parquet retient par ailleurs que le mis en cause "a rapidement cessé d’appeler son épouse et s’est d’ailleurs imaginé retrouver un cadavre".

publié le 7 novembre à 08h07, Inès Cussac, 6Medias

Liens commerciaux