Cyberharcèlement contre Nadia Daam : sept suspects identifiés, deux jugés le 5 juin

Cyberharcèlement contre Nadia Daam : sept suspects identifiés, deux jugés le 5 juin
Nadia Daam officie quotidiennement sur la chaîne de télévision Arte et la radio Europe 1. (Capture d'écran)

leparisien.fr, publié le lundi 28 mai 2018 à 17h40

Début novembre, la journaliste d'Arte et Europe 1 Nadia Daam avait été victime d'une violente campagne menée depuis un forum hébergé par jeuxvideos.com.

Presque sept mois jour pour jour se seront écoulés le 5 juin lorsque Nadia Daam découvrira le visage de deux de ses cyberagresseurs présumés. Les enquêteurs pensent avoir retrouvé parmi eux le responsable d'un photomontage plaçant la journaliste et chroniqueuse d'Europe 1 et Arte sur le point de se faire décapiter par Daech.

Au total, sept individus ont été identifiés par les enquêteurs dans le cadre de la plainte déposée par la femme et la radio à l'automne 2017 après des menaces de viol et de mort proférées à la suite d'une chronique. Des faits qui peuvent être punis de trois ans d'emprisonnement et 45 000 euros d'amende.

En plus des deux personnes jugées devant la 30e chambre du tribunal correctionnel de Paris, « quatre autres vont être jugées en province et un mineur est déjà passé devant le délégué du Procureur », confirme au Parisien l'avocat de la défense Eric Morain.

Un raid numérique sur jeuxvidéo.com

Tout est parti d'un billet radiophonique, le 1er novembre, en pleine déflagration Weinstein. Nadia Daam consacre alors sa chronique à la cyberattaque dont ont été victimes deux militants féministes, Clara Gonzales et Elliot Lepers. Une cabale numérique qui les a obligés à désactiver la ligne téléphonique « anti-relous » qu'ils ont créée pour décourager les auteurs de harcèlement.

Elle y pointe ensuite les instigateurs de ce « raid », des membres du forum Blabla 18-25 sur jeuxvideo.com, site de fans de jeux vidéo déjà épinglé pour ce genre de faits. Il s'agit, selon elle, de « gens dont la maturité cérébrale n'a pas excédé le stade embryonnaire ».

Sa chronique du 1er novembre 2017 (Europe 1)

Immédiatement après sa chronique, elle se retrouve inondée d'insultes sur les réseaux sociaux. Elle reçoit des menaces de viol et de mort de la part d'internautes qui mentionnent son adresse personnelle et celle du collège de sa fille. On tente également de pirater sa boîte mail ainsi que ses comptes Facebook, Twitter et PayPal.

« Les enquêteurs des services spécialisés iront traquer leurs VPN »

Interrogé à l'époque par Le Parisien, l'avocat Eric Morain avait promis que « la sortie de l'anonymat » de ces cyberagresseurs présumés « se fera (it) brutalement à la barre d'un tribunal correctionnel ». « Que ces petits cons, comme elle les a appelés dans sa chronique, sachent que les enquêteurs des services spécialisés iront traquer leurs VPN, fouilleront leurs adresses IP, leurs fadettes et leur géolocalisation, démasqueront leurs pseudos, iront au plus profond du Net avec l'aide des administrateurs de Twitter, Facebook et autres pour les débusquer », avait-il lâché.

La Brigade de répression de la délinquance contre la personne (BRDP) et l'Office Central de Lutte contre la Criminalité liée aux Technologies de l'Information et de la Communication (OCLCTIC) sont au coeur de cette lutte contre le cyberharcèlement. Une infraction en passe d'être réprimée en tant que telle par la loi française.

Une cagnotte pour aider un des prévenus ?

« Comme pour l'outrage sexiste, l'inscription dans la loi (contre les violences sexuelles et sexistes, ndlr) de ce délit aura une valeur symbolique, a indiqué pour 20 Minutes Marlène Schiappa, la Secrétaire d'État chargée de l'Égalité entre les femmes et les hommes. À partir du moment où quelqu'un aura été condamné pour avoir cyberharcelé une personne, en meute, cela aura valeur d'exemple. »

En attendant, Nadia Daam et Eric Morain font encore réagir sur le forum. Ce lundi matin, l'un d'eux pourfend « toute la caste journalistique et leur procureur et avocats gauchistes main dans la main ». Vite rejoint par un collègue de clavier, proposant d'ouvrir une cagnotte pour les frais d'avocat d'un des deux accusés sommés de s'expliquer le 5 juin. « Je suis sur qu'il aurait du soutient (sic), je veux bien mettre 2 ou 3 euros perso », a-t-il écrit.. sous son pseudo.

Capture d'écran d'une conversation (le 28 mai) sur le forum 18/25. Jeuxvideo.com

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.