Curé accusé d'agressions sexuelles à Nice : une information judiciaire ouverte

Curé accusé d'agressions sexuelles  à Nice : une information judiciaire ouverte
Plusieurs témoignages ont conduit la justice à ouvrir une information judiciaire sur l'ancien aumônier.

leparisien.fr, publié le lundi 07 mai 2018 à 18h40

Plusieurs plaintes et témoignages visent un ancien aumônier, suspendu par l'Eglise en février.

Une information judiciaire a été ouverte pour « agressions sexuelles sur mineurs par personne ayant autorité » visant un curé de Nice, a annoncé lundi le procureur de Nice. Ce dernier a évoqué de nouvelles plaintes et de nouveaux témoignages dans cette affaire, révélée en février.

Depuis les années 1980 et jusqu'à sa suspension administrative en février, ce curé s'occupait entre autres d'aumôneries de jeunes, notamment dans un très réputé collège catholique de Nice, le collège Stanislas. Selon le procureur Jean-Michel Prêtre, une partie des faits qui lui sont reprochés pourraient ne pas être prescrits.

« C'est quelqu'un qui était en fonction depuis de très longues années, 30 ans grosso modo, cela peut donc concerner un très grand nombre de victimes potentielles », avait déjà précisé en février Jean-Michel Prêtre.

Des faits remontant aux années 1990

Le curé avait été aumônier du collège Stanislas de 1988 à 1996, avant d'être nommé curé à Antibes, puis de revenir ensuite à Nice, à la tête d'une des paroisses de la ville. Après le collège Stanislas et son passage à Antibes, ce prêtre avait été « référent de l'enseignement catholique pour les écoles (niçoises) St Joseph et St Vincent, sur le territoire de sa paroisse », avait de son côté précisé le diocèse en février, et ce n'est qu'à la rentrée scolaire 2017 qu'il avait été écarté du dernier établissement où il travaillait encore, l'école Saint-Joseph, avait vérifié l'AFP.

L'enquête visant l'ecclésiastique avait été révélée par France 3 Côte d'Azur, qui avait interviewé l'une des victimes ayant porté plainte pour faits présumés d'attouchements sexuels remontant à un camp de vacances des années 1990.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.