Crimée : au moins 19 morts dans une tuerie dans un lycée technique

Chargement en cours
Les secours portent assistance à la victime d'une explosion dans un collège, dans la ville de Kertch en Crimée, le 17 octobre 2018
Les secours portent assistance à la victime d'une explosion dans un collège, dans la ville de Kertch en Crimée, le 17 octobre 2018
1/4
© AFP, -, KERCH.FM

AFP, publié le mercredi 17 octobre 2018 à 19h37

Un élève de 18 ans a ouvert le feu dans le lycée technique où il étudiait mercredi à Kertch, en Crimée, tuant une vingtaine de personnes, avant, affirment les autorités, de se suicider.

L'attaque, qui a été accompagnée d'une explosion à l'intérieur du bâtiment selon des témoins, a eu lieu en fin de matinée dans cette ville de la péninsule ukrainienne annexée par la Russie en 2014.

"L'auteur de l'attaque s'est suicidé avec une arme. C'est un élève de quatrième année de cet établissement. Son corps a été découvert dans la bibliothèque", a déclaré le dirigeant de la Crimée Sergueï Aksionov sur la chaîne de télévision Rossiya 24, ajoutant qu'il n'avait "pas d'antécédents judiciaires".

Le bilan provisoire est de 19 morts et de 37 blessés, selon le ministère de la Santé qui n'a pas précisé si ces chiffres prenaient en compte le meurtrier présumé.

"L'examen préliminaire des corps indique que (les victimes) sont mortes de blessures par balle", a précisé le Comité d'enquête.

Cet organisme chargé des grandes affaires criminelles en Russie a révélé que le tireur s'appelait Vladislav Rosliakov et était âgé de 18 ans. 

Sur des images diffusées sur les réseaux sociaux et provenant des caméras de vidéosurveillance de l'établissement, on peut voir un jeune homme aux cheveux courts, portant un tee-shirt blanc et un pantalon noir, dans un escalier, un fusil à la main. 

Le mobile de cette tuerie est pour le moment inconnu. Selon Sergueï Aksionov, l'assaillant, qui recevait une bourse pour ses études, n'avait jamais fait preuve d'agressivité dans son collège.

L'attaque a été requalifiée en "meurtre" alors qu'une enquête avait d'abord été ouverte pour "acte terroriste", a précisé le Comité d'enquête.

"Ce n'est pas un acte terroriste (...), c'était une tuerie de masse causée par un seul individu", a affirmé par la suite Sergueï Aksionov sur Rossiya 24.

Selon un responsable des forces de l'ordre cité par l'agence de presse Ria Novosti, le tireur avait obtenu légalement un port d'arme il y a un mois et avait passé tous les examens psychologiques nécessaires.

Les enquêteurs ont annoncé avoir découvert au cours de la journée deux engins explosifs : l'un, "rempli d'objets métalliques", qui a explosé dans la cantine de l'établissement, et un autre dans les affaires personnelles du tueur présumé. Ce deuxième engin explosif a été "neutralisé".

"Le premier étage a subi d'importants dégâts. C'est là qu'a été déclenché l'engin explosif", a expliqué un haut responsable des autorités de Crimée, Igor Mikhaïlitchenko.

- "J'ai entendu des tirs" -

"J'ai entendu des tirs au premier étage. Nous nous sommes tous précipités dans le couloir où des gens étaient en train de courir et de hurler qu'un homme avec une arme tirait sur tout le monde", a raconté à l'AFP un élève qui a souhaité conserver l'anonymat.

"Ensuite, il y a eu une forte explosion mais heureusement j'étais déjà dehors. J'ai vu l'onde de choc qui a brisé les fenêtres", a-t-il ajouté au téléphone, très choqué.

Le lycée polytechnique de Kertch est un établissement accueillant des adolescents qui suivent des cursus techniques.

Les victimes "ont été emmenées dans des transports en commun, dans des cars, en ambulance", a déclaré à une télévision locale un homme au tee-shirt couvert de sang.

Témoin de la scène, Roman Voitenko, 15 ans, a dit à l'AFP avoir vu des morts et des personnes blessées "par des éclats et des balles."

"Il y a quelques heures, un événement tragique a eu lieu à Kertch. Des gens sont morts, il y a beaucoup de blessés. Je présente mes condoléances aux proches des victimes", a déclaré le président Vladimir Poutine au début d'une rencontre avec le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi à Sotchi, une station balnéaire de la mer Noire.

Le ministère russe des Situations d'urgence a décrété l'état d'urgence à Kertch et annoncé sur son compte Twitter l'envoi sur place de trois hélicoptères avec du personnel médical et d'un avion.

Le dirigeant de Crimée Sergueï Aksionov a annoncé sur sa page Facebook trois jours de deuil dans la péninsule. Des collectes de sang ont été ouvertes pour les victimes. 

Les fusillades dans les écoles sont rares en Russie, où le port d'armes est strictement contrôlé. 

En mai, un jeune homme avait toutefois blessés trois personnes, dont une par balle, avant de se suicider dans un établissement de Novossibirsk en Sibérie. 

En janvier, une attaque au couteau avait fait 15 blessés dans une école de la ville de Perm, dans l'Oural.

Quelques jours plus tard, un étudiant avait blessé six personnes avec un mélange incendiaire dans une salle de classe d'Oulan-Oudé, en Sibérie orientale.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.