Crash de Moscou : les sondes Pitot encore en cause

Crash de Moscou : les sondes Pitot encore en cause

leparisien.fr, publié le mardi 13 février 2018 à 16h26

Le crash d'un Antonov russe qui a fait 71 morts dimanche près de Moscou est «apparemment» dû au givrage de sondes de vitesse Pitot.

Elles avaient déjà été mises en cause dans le crash du vol AF447 Rio-Paris, disparu dans l'Atlantique avec ses 228 occupants en juin 2009. Les sondes Pitot, qui permettent de contrôler la vitesse des appareils, sont « apparemment » à l'origine du crash de l'Antonov russe qui a fait 71 morts dimanche près de Moscou. C'est ce qu'ont pu déduire les enquêteurs d'une première analyse de la boîte noire de l'appareil.Le crash « peut s'expliquer par des données incorrectes sur la vitesse du vol (...) apparemment liées au givrage de sondes Pitot dont le système de chauffage était éteint », a indiqué dans un communiqué le comité…

Lire la suite sur Leparisien.fr

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
0 commentaire - Crash de Moscou : les sondes Pitot encore en cause
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]