Collision mortelle TER/voiture dans le Morbihan: thèse du suicide privilégiée

Collision mortelle TER/voiture dans le Morbihan: thèse du suicide privilégiée

Quatre jeunes gens qui marchaient sur une voie ferrée ont été heurtés vendredi soir par un train régional non loin de la gare Lille-Flandres et ont été blessés, dont trois gravement

A lire aussi

AFP, publié le mardi 26 décembre 2017 à 17h33

La thèse du suicide est privilégiée dans la collision entre un TER et une voiture, mardi matin, sur un passage à niveau à Lorient, qui a causé la mort du conducteur du véhicule, un homme de 75 ans, a-t-on appris auprès du parquet de Lorient.

"Les premières investigations tendent à démontrer qu'il s'agit d'une autolyse", indique le parquet de Lorient dans un communiqué. 

Selon les premiers éléments de l'enquête, "plusieurs automobiles patientaient devant les barrières du passage à niveau, qui étaient abaissées, quand le conducteur décédé a été vu en train de dépasser ces véhicules en empruntant la partie gauche de la chaussée réservée à la circulation en sens inverse". 

Le septuagénaire "s'est ensuite positionné au bord de la voie ferrée sur la partie gauche de la chaussée qui n'était pas entravée par la barrière du passage à niveau".

"Les témoignages recueillis à cette heure confirment tous qu'il a attendu l'arrivée du TER pour s'engager sciemment sur la voie ferrée et heurter ainsi le train", ajoute le parquet.

Le TER, qui reliait Lorient à Quimper, a percuté la voiture au passage à niveau de Keryado vers 10H05, alors qu'il venait de quitter la gare.

Selon un témoin cité par le site du quotidien Ouest-France, "le choc a été terrible, la voiture a été pulvérisée et poussée plusieurs centaines de mètres plus loin".

"Les 30 à 40 passagers qui se trouvaient à l'intérieur du train sont indemnes", a informé la SNCF.

Interrompue après l'accident dans le sens Lorient-Quimper, la circulation des trains "a repris progressivement un peu avant 15H00", selon la société ferroviaire.

 
37 commentaires - Collision mortelle TER/voiture dans le Morbihan: thèse du suicide privilégiée
  • Le problème est de traiter la folie des individus il y a mille moyens de se suicider sans embêter les autres Je pense au conducteur du train qui sera certainement traumatisé par cette folie

  • Quel cirque !

    barrières, demi- barrière, portail...?responsabilité de...?

    La principale question qu'il faut se poser pour prévenir de tels drames c'est pourquoi certains n'ont plus envie de vivre ?


    .

  • Pourquoi on ne mettrait pas un portail à deux battants roulants de l'extérieur vers le milieu de la chaussée qui fermerait toute la route ? A une certaine époque ça existait il me semble. Un portail suffisamment solide pour retenir les véhicules dit légers et même quelques véhicules comme les cars par exemple.

    Les portails roulants ont parfois tendance à sortir de leurs rails et à se bloquer, et deviennent donc inefficaces. D'autre part, la priorité, c'est de faire des barrières faciles à briser afin qu'un véhicule déjà engagé puisse se dégager rapidement des rails (votre système de barrières solides se transformerait, lui, en piège).

  • positionné au bord de la voie ferrée sur la partie gauche de la chaussée qui n'était pas entravée par la barrière du passage à niveau".
    CQFD: partie de la chaussée non entravée ! Dans des tribunes, on accuse aussitôt les responsables du manque de solidité des barrières, ici il manque la moitié des barrières, mais circulez, il n'y aucune responsabilité!

    "Les témoignages recueillis à cette heure confirment tous qu'il a attendu l'arrivée du TER pour s'engager sciemment sur la voie ferrée et heurter ainsi le train", ajoute le parquet.
    Le parquet confond celui qui heurte avec celui qui est heurté, alors quelle confiance accorder au recueil des témoignages,! On peut imaginer que cet homme pressé a simplement dépassé une file, puis s'est retrouvé affolé face à la seconde barrière, et resté tétanisé! La SNCF occulte ainsi toute responsabilité sur ses demi-protections face au danger !!!

  • Suicide certes, mais les trop légères demi barrières contournables ne sont -elles pas comme une invitation au suicide comme à l'imprudence des conducteurs par leur unique signalement par un feu clignotant puis rouge trop près du danger?

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]