Clermont-Ferrand : un homme qui projetait de tuer des policiers interpellé

Clermont-Ferrand : un homme qui projetait de tuer des policiers interpellé
Un brassard de police. (Photo d'illustration)
A lire aussi

, publié le lundi 26 août 2019 à 12h35

Un homme de 46 ans a été interpellé dans le Puy-de-Dôme pour menaces de mort à l'encontre des forces de l'ordre et écroué, dimanche 25 août.

Il nourrissait "une haine contre les forces de l'ordre" et avait "envie de tuer des policiers". Ces menaces de mort ont alerté une proche de l'homme de 46 ans, qui a prévenu la police, comme l'a expliqué le procureur de la République de Clermont-Ferrand.

L'individu a été interpellé samedi à Mazoires (Puy-de-Dôme), puis écroué le lendemain en raison de la révocation d'un sursis antérieur, a précisé le parquet. Ce quadragénaire, "au passé psychiatrique assez important, était en possession de plusieurs dizaines de noms, adresses personnelles et photographies de policiers et gendarmes", a précisé le procureur Eric Maillaud.

Le suspect avait confié à une connaissance habitant à Bordeaux "vouer une haine contre les forces de l'ordre et avoir envie de tuer des policiers", a expliqué le procureur. Cette femme s'en est inquiétée auprès d'autres personnes et ces échanges ont abouti jeudi dernier à l'ouverture d'une enquête de la direction de la sécurité publique de Loire-Atlantique. Des vérifications en urgence ont été menées et le suspect a rapidement été localisé dans le Puy-de-Dôme. Le dossier a alors été transmis au parquet de Clermont-Ferrand.

Plusieurs séjours en hôpital psychiatrique

"Face au profil inquiétant du suspect, qui a déjà effectué plusieurs séjours en hôpital psychiatrique, et au climat actuel vis-à-vis des forces de l'ordre, nous avons accéléré les choses pour éviter un drame", a souligné M. Maillaud. Au domicile du quadragénaire a notamment été retrouvée "pas mal de littérature à l'idéologie nazie".


L'incarcération du suspect n'est pas liée directement à la procédure en cours, mais due à la révocation d'un sursis antérieur de six mois d'emprisonnement, déjà pour des menaces de mort, à l'encontre cette fois d'un particulier. L'enquête, confiée à la section de recherche de la gendarmerie de Clermont-Ferrand, se poursuit afin de mieux cerner le profil idéologique et les intentions réelles du suspect.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.