Cinq hommes jugés pour avoir prostitué des jeunes femmes rendues accros à la cocaïne

Cinq hommes jugés pour avoir prostitué des jeunes femmes rendues accros à la cocaïne

cinq hommes sont jugés vendredi au tribunal de Créteil pour avoir prostitué leurs petites amies dans des hôtels franciliens

AFP, publié le jeudi 05 avril 2018 à 12h42

Ils auraient prostitué leurs petites amies, copines de lycée, rendues dépendantes à la cocaïne, dans des hôtels franciliens: cinq hommes sont jugés vendredi au tribunal de Créteil.

C'est l'aînée de l'une des victimes, âgées de 16, 18 et 20 ans, qui avait porté plainte en 2012 après avoir découvert que sa petite sœur se prostituait. La jeune fille est alors placée sur écoute et, après cinq mois d'enquête, quatre des cinq hommes, à l'époque âgés de 19 à 28 ans, sont interpellés. Le dernier, toujours en fuite, est visé par un mandat d'arrêt. 

Trois victimes de 16, 18 et 20 ans, sont identifiées. C'est la plus jeune, prostituée depuis l'âge de 14 ans, qui a présenté ses deux amies de lycée aux cinq hommes. 

La méthode était "artisanale" mais bien rodée avec des annonces publiées sur internet. Les jeunes filles, enfermées de midi à 02H00 dans des chambres d'hôtels parisiens, du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine, effectuaient chacune jusqu'à 300 passes par mois. Les clients payaient 100 euros le quart d'heure, 150 la demi-heure, 200 euros l'heure. L'une des jeunes victimes a déclaré rapporter jusqu'à 48.000 euros par mois. L'argent était confisqué par les proxénètes après chaque passe. 

Les jeunes femmes, fragiles, entretiennent un rapport de séduction avec leurs proxénètes, des camarades ou petits copains. Dans leurs déclarations, elles ne parlent jamais de "prostitution" pour décrire les faits, préférant le terme d'"escorting".

Entre eux, les proxénètes présumés suivaient une hiérarchie. Trois petites mains (les plus jeunes, 19, 20 et 21 ans) assuraient la sécurité et l'approvisionnement en préservatifs. Les deux chefs, dont l'homme recherché, fournissaient cannabis et cocaïne aux jeunes filles, rendues dépendantes. Celles-ci, qui ne consommaient pas de drogue avant de les rencontrer, se sont mises à fumer une dizaine de joints et à sniffer quatre à six grammes de cocaïne par jour pour "tenir le rythme".

Loin des réseaux de prostitution de "grands bandits", ce proxénétisme de "petit niveau, presque le fait d'amateurs" est organisé par un groupe d'amis - où figurent deux paires de frères - explique Arthur Melon, responsable plaidoyer de l'association Agir contre la prostitution des enfants, partie civile dans le procès.

Moins risqué et plus facile à mettre en place que le trafic de drogues, le phénomène a pris de l'ampleur ces dernières années, selon la police et les associations.

Les cinq hommes, dont quatre sont présents et comparaissent libres pour proxénétisme aggravé et trafic de stupéfiants, risquent jusqu'à dix ans de prison.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.