Charente : un maraîcher menacé de devoir rembourser ses aides car il ne gagne pas assez

Charente : un maraîcher menacé de devoir rembourser ses aides car il ne gagne pas assez
Jardins de Versailles (Yvelines), le 20 octobre 2017
A lire aussi

, publié le dimanche 08 avril 2018 à 15h15

Parce qu'il gagne moins que le Smic, la Direction départementale des territoires réclame à Pierre-Henri Piron 30% des aides perçues lors de son installation, soit plus de 5.000 euros.

"Attention âmes sensibles s'abstenir", prévient Pierre-Henri Piron en préambule de son post Facebook. Ingénieur système, ce trentenaire a quitté la vie de bureau en 2009 pour se lancer dans l'agriculture et installer son exploitation à Mouthiers-sur-Bohême (Charente) pour devenir maraîcher.

Il exploite aujourd'hui sept hectares de verger-maraîcher. Mais le quotidien n'est pas simple. "La société assassine ses paysans sans distinction et en masse", a dénoncé le Charentais sur le réseau social.



Dans un long message posté mercredi 4 avril, Pierre-Henri Pinon pousse "un coup de gueule" contre les services de la Direction départementale des territoires (DDT). Parce qu'il ne gagne pas assez, l'administration lui réclame 30% des aides perçues lors de son installation, soit plus de 5.000 euros, détaille cette semaine Charente Libre. Une situation "ubuesque" pour le maraîcher.

En 2014, cinq après son installation, il ne gagnait que 5.561 euros par an, soit 460 euros par mois, "bien en dessous des 12.400 euros de son exploitation", précise le quotidien. "Après cinq ans d'installation, il faut gagner l'équivalent d'un Smic, mais pas plus de trois ! Gagner assez, mais pas trop", résume-t-il auprès du Parisien. "Le fait que j'existe au bout de cinq ans aurait dû suffire à prouver que mon exploitation", s'emporte-t-il, assurant que le maraîchage est bien son activité principale, et ceux malgré ses petits revenus.

Élue de la Chambre d'agriculture de la Charente, Laëticia Plumat tient à relativiser la situation : deux cas similaires ont été réglés précédemment en se justifiant auprès de la DDT.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.