Cambriolage à Dax : la police interpelle un frère jumeau innocent

Cambriolage à Dax : la police interpelle un frère jumeau innocent©Panoramic

, publié le mercredi 02 décembre 2020 à 18h15

Selon France Bleu, au terme d'une enquête sur un cambriolage à Dax (Landes), la police a arrêté un homme pourtant innocent. La raison ? Il partageait le même ADN que l'un des coupables...

son frère jumeau.

Un lien de parenté qui a failli tout faire basculer. Selon les informations recueillies par France Bleu, un fait-divers a été résolu mais aurait très bien pu condamner une personne pourtant innocente. Dans le cadre d'une affaire de cambriolage à Dax dans les Landes, les policiers ont en effet interpellé un homme innocent mais qui affichait le même ADN que son frère jumeau, coupable.



Cette histoire rocambolesque prend son origine à l'été 2019. En juillet, des cambrioleurs s'infiltrent dans un hôtel thermal de la ville. Ils parviennent à accéder au coffre-fort ainsi qu'aux différent bureaux. Au total, c'est un important butin qui est dérobé : entre 10 000 et 15 000 euros.

Des voleurs habiles pour s'infiltrer dans l'établissement mais qui ont manqué de prudence au moment de quitter les lieux. La police scientifique a relevé des traces d'ADN sur place. Et après un an d'enquête, les résultats ont permis de déterminer l'identité des individus ayant cambriolé l'hôtel.

Un frère en épargne un autre

Pour le même ADN, la police retrouve la trace de non pas une mais deux personnes. En effet, les deux sont des frères jumeaux monozygotes. France Bleu explique que ce sont des jumeaux partageant la même information génétique car ils sont issus du même ovule et du même spermatozoïde.

Tous deux interpellés, c'est pourtant un seul des deux qui a participé au cambriolage. Après les avoir auditionnés, la police a libéré celui qui était innocent. Il échappe à une possible peine de prison, à l'inverse de son frère mais aussi du second cambrioleur, finalement arrêté quelques heures après l'interrogatoire.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.