Bondy : une fille de 12 ans blessée par une balle perdue dans sa chambre

Bondy : une fille de 12 ans blessée par une balle perdue dans sa chambre

Brassard d'un agent de police à Paris, le 19 octobre 2016 (photo d'illustration)

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 29 novembre 2016 à 09h00

L'incident aurait pu lui coûter la vie. Une enfant de 12 ans a été touchée par une balle alors qu'elle dormait dans sa chambre à Bondy, en Seine-Saint-Denis, samedi 26 novembre au matin.

Le tir venait de dehors et a traversé le mur de l'immeuble.

"L'enfant dormait chez elle lorsqu'un ou plusieurs coups de feu ont été tirés en l'air", a précisé la police. La douleur l'a foudroyée. Courbée en deux, touchée au dos, la fillette est allée se réfugier avec ses frères, a révélé le Parisien. À cette heure, les parents étaient déjà partis au travail, les enfants étaient donc seuls.

- ARME DE GUERRE -

"Quand elle a entendu sa sœur se réveiller en hurlant, la grande sœur n'a pas compris, elle a cru que c'était le lit qui s'était cassé, et un morceau de bois qui l'avait blessée", a déclaré un voisin, proche de la famille, qui a secouru les enfants. Le trou dans le mur n'a pas laissé de place au doute. La balle a perforé le mur à la hauteur du 4e étage, là où se trouvait le lit de la jeune fille, contre la paroi. L'enfant a été évacuée à l'hôpital mais son pronostic vital n'est pas engagé.

La balle s'est révélée provenir d'un calibre 7.62, "de la balle de guerre", selon les déclarations d'un policier au Parisien. Quelques minutes plus tard, un deuxième tir a atteint la porte d'entrée d'un autre immeuble de la rue, au rez-de-chaussée. La balle a fondu dans le montant métallique. Les experts en balistique devront confirmer s'il s'agit des mêmes munitions.

 
29 commentaires - Bondy : une fille de 12 ans blessée par une balle perdue dans sa chambre
  • On est en droit de s'interroger sur la qualité de construction de l'immeuble, dont un mur porteur ne parvient pas à arrêter une balle, même d'un tel calibre.

  • Ben quoi, c'était une simple battue aux sangliers ! A la lecture de certains commentaires, je serais presque satisfait s'il quelques-uns (que je ne nommerais pas) en prenait une où même deux, au diable l'avarice !

  • Et les tireurs, qui sont-ils? Le calibre d'une Kalach n'est tout de même pas anodin, surtout quand on sait que désormais ces armes pullulent sur le territoire.

  • Et de quelle matière était fait le mur pour le traverser de cette manière?

  • Munitions 7,62 mm = Kalachnikov AK-47.
    Entre 70 et 110 millions d'exemplaires se « baladent » dans le monde entre les mains de décérébrés.
    Combien à ce jour en France, 1 000, 10 000, 100 000 ?
    Espérons que cette gamine se rétablisse vite sans trop de séquelles.
    Pauvre France !!!

    Une munition de calibre 7,62 peut référer à différents standards :
    au 7,62 × 51 mm Otan, munition standardisée de l'OTAN depuis 1954.
    au 7,62 mm Vz 57, produit à partir de 1957 en Tchécoslovaquie.
    au 7,62 mm Vz 52, produit entre 1952 et 1957 en Tchécoslovaquie.
    au 7,62 mm M48, version plus puissante du 7,62 × 25 mm TT.
    au 7,62 mm M43, munition soviétique employée depuis 1953 en particulier pour le fusil d'assaut AK-47. De très loin la plus répandue.
    au .30 Carbine appelé 7,62x33mm employé par la carabine M1 entré en service en 1941.
    au 7,62 × 25 mm TT, créée par l'ingénieur Tokarev en 1930.
    au .30-30 Winchester, créée en 1895.
    au 7,62 mm Nagant, créée pour le revolver Nagant 95 en 1895.
    au 7,62 mm Mosin-Nagant, créée à la fin des années 1880 pour le fusil Mosin-Nagant.
    Si les derniers peuvent paraitre trop vieux pour être mis en cause, tous les autres le peuvent.
    L'AK47, qui a été fabriquée par dizaine de millions (entre 70 et 110 d'après certaines sources), sans compter les copies, est une arme automatique pouvant tirer jusqu'à 600 coups par minute mais je ne sais pas s'il peut tirer au coup par coup.

  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]