Béziers : une élève de 13 ans mise en examen pour "menaces de mort" et "port d'arme"

Béziers : une élève de 13 ans mise en examen pour "menaces de mort" et "port d'arme"
(Photo d'illustration)

, publié le samedi 12 décembre 2020 à 09h00

Jeudi, une patrouille de police avait dû intervenir dans un collège de Béziers après une "violente altercation" entre une professeure d'anglais et une élève qu'elle voulait exclure de son cours pour des raisons disciplinaires.

Une élève du collège Lucie Aubrac de Béziers (Hérault) a été placée en garde à vue jeudi 10 décembre après des menaces de mort, notamment sur l'une de ses professeures, selon le parquet de Béziers. Une patrouille de police avait dû intervenir en fin de matinée dans ce collège après une "violente altercation" entre une professeure d'anglais et la jeune fille de 13 ans qu'elle voulait exclure de son cours pour des raisons disciplinaires, a précisé le procureur de Béziers Raphaël Balland dans un communiqué. 




Sur place, les policiers ont découvert que la jeune fille portait un "petit couteau de cuisine".

La professeure a affirmé que l'élève l'avait insultée et avait menacée de s'en prendre à elle physiquement en l'attendant à la sortie. La principale adjointe et un surveillant ont également affirmé avoir été victimes de menaces de violences, voire de mort, de la part de la même collégienne. Lors de sa garde à vue, la jeune élève a reconnu des menaces de violences mais pas de mort, selon le procureur. 

Présentée vendredi à un juge des enfants, la collégienne a été mise en examen pour "menaces de mort sur personnes chargées d'une mission de service public et port d'armes de catégorie D (le couteau)". Elle fait également l'objet d'une mesure de liberté surveillée confiée à la Protection judiciaire de la jeunesse et a été placée sous contrôle judiciaire avec les obligations de suivre une scolarité et des soins, ainsi que des interdictions de porter une arme et de sortir de son domicile entre 21H00 et 06H00 du matin. Le juge des enfants a également ordonné une expertise psychiatrique.

La jeune fille faisait déjà l'objet d'une mesure d'assistance éducative mise en œuvre par le service de l'enfance du conseil départemental de l'Hérault
 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.