Bertrand Cantat : nouvelles investigations autour du suicide de son ex-femme

Bertrand Cantat : nouvelles investigations autour du suicide de son ex-femme
Le chanteur français Bertrand Cantat sur scène le 23 mars dernier, à Rouen (Seine-Maritime).

leparisien.fr, publié le dimanche 03 juin 2018 à 12h40

Le parquet de Bordeaux a repris des investigations sur le suicide de Krisztina Rady, en janvier 2010. Bertrand Cantat veut être entendu.

L'équation Bertrand Cantat n'est pas près de se résoudre. Alors que le chanteur doit se produire jeudi au Zénith de Paris, et que des féministes ont appelé à se mobiliser avant le concert, le Journal du Dimanche révèle que la justice a rouvert l'enquête sur la mort de son ex-femme.

Selon le JDD, le parquet de Bordeaux a repris des investigations sur le suicide de Krisztina Rady, en janvier 2010.

Condamné en 2004 en Lituanie pour la mort de sa compagne Marie Trintignant, à qui il avait porté des coups mortels, l'ex-leader de Noir Désir avait été considéré comme n'ayant aucune responsabilité dans la mort de Krisztina Rady.

Le couple, qui s'était marié en 1997, à Bordeaux, était séparé depuis 2002 et la rencontre de Cantat et Trintignant.

La jeune femme, hongroise d'origine, polyglotte et traductrice, avait elle-même fermement défendu son ancien mari lors de son procès en 2003 à Vilnius (Lituanie) : « Bertrand n'a jamais levé la main sur quiconque avant le 27 juillet 2003 », avait-elle déclaré. Une version qu'avaient à l'époque soutenue les trois autres membres de Noir Désir.

Climat de violences

Mais, depuis, des informations contradictoires ont tantôt accusé le chanteur d'avoir fait peser un climat de violences sur la mère de ses deux enfants, Milo et Alice, tantôt l'en ont exonéré. Un ancien membre du groupe, sous couvert d'anonymat, avait confié en novembre dernier avoir été au courant du comportement violent de Cantat avec ses compagnes, avant Marie Trintignant et avant Krisztina Rady. Cette dernière, au moment du procès, aurait demandé à tous de se taire sur les agressions passées.

En 2012, Csilla, la mère de « Cini », et Ferenc Rady, son père, avaient évoqué dans un entretien à Paris Match la violence psychologique subie par leur fille depuis que Cantat est sorti de prison. Six mois avant sa mort, ils avaient reçu un message audio de leur fille, évoquant la « folie » de Cantat et des coups reçus. Un complément d'enquête avait été demandé. Quelques mois plus tard, les Rady avaient fait volte-face, en se désolidarisant d'une initiative menée contre le chanteur par une avocate spécialisée dans les violences faites aux femmes, Yaël Mellul, qui représentait alors les intérêts d'un ancien compagnon de Krisztina.

Cette même Yaël Mellul a justement été entendue par la police le 23 mai dernier, durant plus de quatre heures. « On m'a notamment demandé au nom de quoi, si les ex-membres de Noir Désir avaient menti lors de l'ouverture de l'enquête, diraient-ils aujourd'hui la vérité, confie-t-elle au JDD. J'ai expliqué que, dans un contexte de libération de la parole, le moment était aussi venu pour eux de libérer leur conscience ». La militante féministe a remis des échanges sur messagerie avec un proche du groupe. « Comme je regrette d'avoir effacé les mails de Krisztina où elle me racontait les coups et qu'elle avait peur pour sa vie », affirmait cette personne, selon L'Obs.

À l'issue de l'audition, elle a confirmé sa plainte contre Cantat cette fois, « pour violences ayant entraîné la mort sans intention de la donner ».

Selon L'Obs, Bertrand Cantat demande à être entendu dans le cadre de cette nouvelle plainte. Mi-mars, Me Antonin Lévy a écrit à la procureure pour lui indiquer que son client se tenait à sa disposition, « afin de pouvoir lever définitivement le voile du doute que certains ont tenté de jeter ».

Ce nouvel épisode ne peut que compromettre un peu plus l'avenir artistique de l'ancienne gloire de Noir Désir, qui a déjà dû annuler des concerts.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.